Quatre ans de prison requis contre l’ancienne gendarme volontaire varoise radicalisée

L'ex gendarme varoise
L’ex gendarme varoise
Photo DR

Le procureur a requis, jeudi, de dix mois à neuf années de prison contre les sept prévenus d’une « filière djihadiste » francilienne, dont quatre années d’emprisonnement contre une ancienne gendarme volontaire de Saint-Maximim, dans le Var.

Il n’a toutefois pas requis de retour en prison contre Ahlam El Haddad, 24 ans et enceinte de huit mois et demi, qui a déjà fait de la détention provisoire.

La jeune femme a été gendarme volontaire adjointe dans le Var, un contrat à durée déterminée réservé aux jeunes, d’août 2012 à novembre 2013.

Depuis 2013, environ une dizaine de cas de gendarmes ont été signalés pour radicalisation. À l’audience Ahlam El Haddad, très posée sous son ample voile tombant jusqu’aux pieds, avait dit «regretter» ce qu’elle a qualifié de « bêtise ».

Six ans requis contre son mari

« Elle va donner naissance à son premier enfant dans deux ou trois semaines, c’est son projet depuis trois ans, le projet qui a remplacé le départ en Syrie. Et ce projet-là n’est pas une bêtise. J’espère que vous l’entendrez », a plaidé son avocate, Me Jennifer Halter.

Contre son mari Nassim Tache, jeune homme barbu et volubile, qui a fondu en larmes à l’audience en évoquant sa détention à l’isolement et une fausse couche de son épouse, ont été requis six ans de prison.

Mais le procureur n’a pas demandé de période de sûreté, ce qui lui permettrait de formuler rapidement une demande d’aménagement de peine. Il a souligné son très bon comportement en détention.

Source : Var Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.