Quarante gendarmes sur les routes et autoroute de la Vienne

Quarante militaires étaient sur le pont pour le grand week-end de l’Ascension avec pour mission de contrôler les routiers et la vitesse des automobilistes.

La consigne vient d’en haut. Le ministère de l’Intérieur a donné l’ordre, via les préfectures, de mettre en place dans l’Hexagone, à l’occasion de ce long week-end, des contrôles routier et de vitesse. La mission, pour le département de la Vienne, a été assurée par la gendarmerie qui a placé, sur le terrain, 40 militaires dont 27 appartiennent à l’EDSR (Escadron départemental de sécurité routière).

L’opération s’est déroulée hier toute la journée, jusqu’à 18 heures, sur le tronçon de l’autoroute A 10 qui traverse la Vienne, au péage de Poitiers Sud, sur la Nationale 10, la RN 147 et 149, les Départementale 611 et 347. En appui à ce dispositif, quatre fonctionnaires de la DREAL (Direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement) pour vérifier le contenu des camions.

Amendes de 4.500 et 1.800 € versées par deux routiers

En fin de matinée, une trentaine de camions ont été arrêtés et conduits, jusqu’à la levée de l’interdiction (jeudi 22 heures), sur le parking de stockage, le centre routier. Outre le repos forcé, ils écopent d’une amende de 130 €. « C’est le code de la route, qui interdit la circulation des poids lourds », précise Stanislas Alfonsi, directeur de cabinet de la préfète.
Le bon bilan, dans la Vienne, de la sécurité routière qui affiche moins sept morts par rapport à la même période en 2015 n’autorise cependant « pas le relâchement », avertit Stanislas Alfonsi. Ajoutant : « Les efforts paient. »
« Un bilan, on peut s’en féliciter quand il est positif mais cela reste très fragile, rappelle le commandant en second de la gendarmerie de la Vienne, il faut maintenir ce travail dans la durée. »
Mercredi soir, les militaires ont intercepté, sur l’A 10, à hauteur de la commune de Jazeneuil, deux automobilistes qui roulaient, sens Paris-Province, à 176 et 177 km/h.

Bilan de la journée

Hier, en fin de soirée, le dispositif a enregistré 32 poids lourds en interdiction de circuler, deux délits (un véhicule avec modification illégale du générateur d’impulsions, le conducteur s’est acquitté d’une somme de 4.500 € et une conduite sans carte, celle-ci permet de contrôler les temps de conduite et de repos du chauffeur qui a dû verser une provision de 1.800 €), quinze infractions multiples à la réglementation sociale européenne dans les transports routiers, trois infractions diverses au code de la route et soixante-six infractions à la vitesse.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.