Pour qui le 10 de der ?

Il faut bien le reconnaître, l’année 2022 est passionnante et riche en enseignements. En France, nous avons vu, par le biais des élections, que le peuple dans son ensemble est franchement abruti. Il a été incapable une fois de plus et donc une fois de trop d’identifier ses intérêts. Il a été incapable de sanctionner la corruption générale qui s’étale sans complexe devant ses yeux. Il a été incapable de voir que depuis plus de 2 ans, notre pays est gouverné par un cabinet de conseil privé étranger. Il a été incapable d’analyser sa situation sociétale qui est au bord du gouffre. Il est toujours incapable de comprendre que les projections américaines sous couvert de l’UE et l’OTAN sonnent le glas à ses dernières libertés et commodités matérielles. Il n’a toujours pas compris que les sous-jacents multi-directionnels de la crise Covid lui sont fatals. Observer un tel niveau de crétinisme, les bras nous en tombent. Le pire c’est que même la valeur instinctive de survie n’est plus ancrée dans l’esprit des gens. Que l’efficience de leurs réflexions intellectuelles soit inexistante est une chose, ne pas apercevoir que la fin existentielle est proche une autre et autrement dramatique. Les animaux sensés être dépourvus d’intelligence savent détecter un danger potentiel pour eux et réagissent pour s’en préserver. La populace a perdu ses perceptions primaires, ce qui est inouï voire ahurissant.

Avec la crise Ukrainienne, un nouveau paradigme mondial se profile. L’Occident s’effondre, les Brics s’étoffent. Dans tous les domaines, les Brics se rendent autonomes, créent leur propres outils (système de paiement, machine-outil, etc.). Il en est fini de la dominance oligarchique Anglo-américaine et c’est tant mieux. Le Wokisme, signe extérieur de dégénérescence sociétale absolue et moteur accélérant notre chute dans le chaos doit en effet disparaître. Seulement son éradication par la réalité des choses et par l’impact extérieur sur fond de conflit des polarités politico-économiques laissera un champ de ruines où nous erreront hébétés.

Pour ceux qui ne veulent pas voir ce qui se profile, voici quelques éléments de réflexions. L’élite occidentale veut détruire la concurrence incarnée dans les Brics pour imposer son hégémonie oligarchique à l’ensemble du monde. Cependant, le rapport des forces est très déséquilibré. Le monde occidental représente 882 millions d’individus, vieillissants de surcroît, les Brics asiatiques 4,8 milliards, Russie comprise. Il se rajoute dans ce rapport de force démographique les autres pays voulant se dédouaner de l’emprise occidentale tels l’Iran, l’Afrique éveillée, l’Arabie Saoudite et quelques autres pays d’Amérique du sud.

Militairement parlant, mis à part les USA, les pays occidentaux sont à la ramasse. La Russie a la suprématie dans l’efficience technologique militaire. Sur le plan économique, elle a toutes les ressources pour elle. Elle fournit à qui ne lui nuit pas l’essentiel énergétique et agricole (engrais, grains, etc…). Toutes les sanctions contre la Russie ont échoué. Elles ont été contre-productives puisque c’est nous qui en pâtissons. Les positions de l’UE sont suicidaires et c’est nous qui allons payer le prix exorbitant de la folie « van der Layenne ».

La guerre est mine de rien à nos portes. Les restrictions sont annoncées et quantifiées. Dans la crise énergétique, les pays européens commencent à se déchirer entre eux. Beaucoup refusent la réduction obligatoire de 15 % de leur consommation. L’industrie Allemande s’insurge. La Pologne refuse de partager son gaz avec les autres. La Hongrie fait bande à part et négocie avec Poutine. Bref, l’Europe politique commence à s’effriter. Avec la crise de l’Euro, le phénomène de désagrégation de la cohésion européenne semble se renforcer. Peut-être qu’un retour au souverainisme semble être enfin envisageable sérieusement. Toutefois, cette dernière réflexion est conditionnée au bon vouloir des prochains vainqueurs. Nous laisseront-ils l’usufruit ?

Notre prochain semestre sera dramatique. L’issue est devinable tant dans le domaine matériel que psychologique. Nous ne sommes pas prêts à subir les effets secondaires des restrictions et des lois martiales qui nous pendent au nez comme l’étaient nos grands-parents. Une hécatombe démographique est à prévoir et ce n’est pas le Covid qui en sera la cause majeure. Bien que le traitement expérimental anti-covid élimine 1/5000 ème de la population, les effets secondaires de notre effondrement sociétal seront bien plus mortifères. En un mot, nous serons détruits économiquement, politiquement, démographiquement, sociétalement. La fragmentation de notre société commence déjà à s’opérer à l’intérieur de nos périmètres géographiques. Les actes belliqueux inter groupes (ethniques, économiques, maffieux, idéologiques et politiques) que nous observons quotidiennement dans toutes les villes du monde occidental n’est que le prélude de notre avenir imminent. Nous allons nous retrouver dans le climat post chute de Rome.

Nous savons bien que nous sommes des Cassandre, mais tant que n’émerge pas depuis l’ONU ou d’un pays neutre une volonté d’apaisement et de paix, tous les mouvements géo-politiques actuels alimentent notre projection catastrophique. Le dernier rapport de l’OTAN et les mouvements actuels de la diplomatie étasunienne étayent notre analyse.

Signé :WD

Répondre à Sonmi-777 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.