Pour prévenir les cambriolages, les gendarmes du Ternois valorisent la participation citoyenne

Les référents citoyens sont des relais précieux pour les gendarmes dans les quartiers et les villages.

La gendarmerie cherche des citoyens référents pour servir de relais sur le territoire du Ternois. Quatre habitants ont déjà signé le protocole qui fait d’eux des intermédiaires entre les gendarmes et leurs voisins. Le dispositif est utile pour se prémunir contre les cambriolages et la petite délinquance. Le bilan des premières collaborations incite les gendarmes à continuer dans cette voie.

Le major Patou espère recruter bientôt, sur le territoire de Saint-Pol, Heuchin et Le Parcq, des référents citoyens qui vivent « dans les quartiers résidentiels ou les lotissements ». Leur rôle sera de transmettre les informations de la brigade de gendarmerie à leurs voisins et, à l’inverse, de faire remonter les constatations et inquiétudes de leurs voisins aux gendarmes.

Le recrutement de ces référents se fait sur le volontariat. Et c’est là toute la difficulté. « On ne veut forcer personne, lance le major Patou. Nous rencontrons des difficultés pour recruter, car les habitants associent souvent le rôle du référent à celui d’un délateur. » Le major Patou ajoute qu’il doit organiser des réunions d’informations pour que les habitants ne conservent pas leurs a priori négatifs. « Il n’est pas toujours évident de faire prendre conscience aux gens de l’utilité de la participation citoyenne. Le dispositif est efficace dans les cas de délinquance, comme les cambriolages ou les dégradations. »

À Auxi et à Camblain-l’Abbé, la participation citoyenne a été adoptée. Même s’ils sont reconnus comme tels dans leur quartier ou leur village, les référents citoyens préfèrent rester discrets. À Camblain-l’Abbé, ils sont trois à veiller sur leur village. Chacun habite sur l’une des trois routes stratégiques, un emplacement idéal pour observer le territoire. Deux d’entre eux sont retraités, le troisième le sera bientôt. Les trois référents repèrent surtout « les voitures qui n’ont rien à faire là ».

Lire la suite : ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *