Pont-Audemer Un nouveau duo à la tête des gendarmes du secteur

Du changement à la compagnie de gendarmerie de Pont-Audemer. Eric Turmet est le nouveau commandant, Aurélien Hauteville le secondera dans sa mission. Rencontre.

Le commandant Eric Turmet (à gauche) a pris en charge le 1 août la direction de la compagnie de Pont-Audemer. Il sera épaulé par son commandant en second, le capitaine Aurélien Hauteville (à droite), arrivé le 1 juillet. -
Le commandant Eric Turmet (à gauche) a pris en charge le 1 août la direction de la compagnie de Pont-Audemer. Il sera épaulé par son commandant en second, le capitaine Aurélien Hauteville (à droite), arrivé le 1 juillet. –

Un vent nouveau souffle à la tête de la compagnie de gendarmerie de Pont-Audemer. Eric Turmet, en place depuis le 1er août, remplace le commandant Rose-Anne Vaillant, partie à la Réunion. Aurélien Hauteville, lui, a succédé début juillet au capitaine Jean-Luc Bouëxel, parti à la retraite.

Capitaine Hauteville

Le capitaine Hauteville, nouveau commandant en second de la compagnie, est âgé de 41 ans. Originaire d’Alençon, il fait là son retour sur ses terres normandes.

Depuis tout petit, son désir était de devenir militaire : « J’ai découvert la gendarmerie lors de mon service militaire en 1998. Ces quelques mois m’ont conforté dans mon choix. J’ai donc passé le concours pour devenir gendarme. »

En 2000, il devient gendarme mobile à Versailles, spécialisé dans le maintien et le rétablissement de l’ordre public (équivalent des CRS dans la police).

En 2005, il intègre la gendarmerie départementale, à Courseulles-sur-Mer. Il est officier de police judiciaire, chargé des violences intrafamiliales. « On gère des cas de violences sur les conjoints et les enfants. Cela comprend aussi les faits de pédophilie et d’abus sexuels. C’était une belle mission, difficile parfois mais très enrichissante. »

De 2010 à 2012, il devient Lieutenant instructeur à l’école des sous-officiers de Melun. Il est chargé de la formation des jeunes élèves. Enfin de 2012 à 2016, il travaille à Montluçon, plus grande école militaire de France. « J’ai pu y transmettre mon expérience, au contact de la jeune génération. J’en garde un très bon souvenir. »

A 41 ans, le capitaine Hauteville est papa de six enfants, de 2 à 13 ans. « Nous sommes heureux d’arriver à Pont-Audemer. J’avais le souhait d’être commandant en second, je suis donc satisfait d’avoir l’opportunité de remplir cette mission », conclut-il.

Commandant Turmet

Il travaillera sous les ordres du commandant Turmet. Agé de 51 ans et père d’un enfant de 20 ans, ce dernier est originaire de Basse-Normandie : « Je suis donc heureux de revenir dans ma région d’origine. »

Il dirigera la compagnie de Pont-Audemer, soit 110 militaires répartis entre le Psig (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie), la brigade de recherche et les brigades de Pont-Audemer, Routot et Saint-Georges.

Lui aussi a découvert la gendarmerie lors de son service militaire, au Psig de Deauville. Passé par l’école de Montluçon, il passe douze ans dans l’Eure, aux brigades de Broglie, Bernay puis Evreux. Il intègre l’école d’officiers de Melun entre 2001 et 2003. Entre 2003 et 2016, il passe par l’Orne, la Manche, puis la Bretagne, avant d’obtenir un poste à la direction générale de la gendarmerie à Paris. Il y est secrétaire général adjoint du conseil de la fonction militaire de la gendarmerie. « C’est un organisme qui gère le dialogue social au sein de la gendarmerie. Il est chargé également de faire remonter à la direction les problématiques et attentes des gendarmes », détaille le commandant Turmet.

« Commander une compagnie est une belle fonction. Il s’agit pour moi de diriger, piloter au mieux les équipes pour lutter contre la délinquance, l’insécurité routière et le terrorisme. L’objectif principal est de préserver la sécurité de nos concitoyens, en collaboration avec les élus, le sous-préfet et le parquet pour ce qui concerne la partie judiciaire. »

Quelles sont ses premières impressions sur Pont-Audemer ? « C’est une ville très agréable, avec des commerçants sympathiques. Le travail a déjà commencé mais la priorité va être de s’approprier le territoire, de rencontrer les élus et tous les interlocuteurs pouvant contribuer à la réussite de notre mission. »

Edouard Kerfriden

Source : L’Eveil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.