Policier tué sur les Champs-Elysées : les gendarmes de Saint-Jean-d’Angély rendent hommage à leur ancien collègue

Xavier Jugelé a travaillé à la gendarmerie de Saint-Jean-d'Angély entre 2005 et 2010
Xavier Jugelé a travaillé à la gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély entre 2005 et 2010 © Maxppp – Maxppp

Le policier tué sur les Champs-Elysées jeudi dernier a travaillé pendant cinq ans à la gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime) comme gendarme adjoint volontaire. Ses anciens collègues lui rendent hommage ce mardi

C’est le sixième policier à trouver la mort dans un attentat depuis janvier 2015. Après Franck Brinsolaro, Ahmed Merabet, Clarissa Jean-Philippe, Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, Xavier Jugelé est décédé jeudi soir sur les Champs-Elysées de deux balles dans la tête par un homme se revendiquant de l’Etat islamique. Il avait passé cinq années à la gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély en Charente-Maritime.

« Un garçon adorable au service des autres »

L’homme âgé de 37 ans a travaillé pendant cinq ans entre 2005 et 2010 à la gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély comme gendarme adjoint volontaire, avant de rejoindre la police. « C’était un garçon adorable et au service des autres » , se souviennent ses anciens collègues. Six d’entre eux assisteront d’ailleurs à son hommage national rendu demain mardi à 11 heures dans la cour de la préfecture de police de Paris. Ils ne peuvent pas être plus en raison du protocole. Mais ils seront bien plus nombreux par contre l’après-midi à Romorantin dans le Loir-et-Cher, sa ville d’origine où il sera inhumé.

De nombreux hommages ce mardi

Des minutes de silence sont prévues ce mardi dans les commissariats, les gendarmeries et les préfectures des deux Charentes. Un hommage sera rendu à ce policier de 37 ans place de Verdun à La Rochelle à 11 heures. Une minute de silence sera aussi observée à la même heure devant le commissariat d’Angoulême en présence du préfet de Charente Pierre N’Gahane.

Présent le soir du 13 novembre

Ce policier avait participé à de nombreuses missions : du volontariat pour une opération Frontex pour aider les migrants en Grèce mais aussi la sécurisation des alentours du Bataclan après les attentats de Paris. Il avait d’ailleurs tenu à assister un an plus tard à la réouverture de la salle de spectacle pour le concert de Sting. Interrogé ce soir-là par le site américain People, il avait d’ailleurs déclaré : « Je suis heureux d’être là. C’est symbolique. Nous sommes là ce soir comme témoins, pour défendre nos valeurs. Ce concert doit permettre de célébrer la vie et de dire non aux terroristes. »

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.