Police-gendarmerie. Contretemps pour le redéploiement

Sujet de controverse depuis le début de l’année, le dossier de redéploiement police-gendarmerie, concernant les communes de Dinan (intégrée en zone gendarmerie) et Plérin (intégrée en zone police), a connu un contretemps, hier. Alors que devait se tenir, en préfecture, un comité technique paritaire de la police nationale – réunissant les représentants de l’État, ceux de la direction de la police nationale et les représentants du personnel -, la réunion n’a finalement pas eu lieu, faute d’un quorum suffisant. En cause, le refus de siéger des élus des syndicats majoritaires Unité Police FO et Snipat FO. « Notre organisation n’a pas souhaité participer à cette réunion au vu de la décision, votée à l’unanimité par le conseil municipal de Dinan, de ne pas valider la décision du ministre de l’Intérieur, entraînant de fait, la saisine du Conseil d’État », estiment les syndicalistes, qui poursuivent : « Le préfet des Côtes-d’Armor n’a pas jugé utile d’attendre la décision de cette instance, méprisant ainsi la population dinannaise et ses élus, comme l’ont été auparavant les personnels du commissariat de Dinan apprenant le projet de redéploiement et la décision ministérielle par voie de presse ». Un nouveau comité technique devrait se rassembler le 3 juin prochain (sans aucune condition de quorum). Comité à l’issue duquel un avis sur le redéploiement sera pris, avant d’être transmis dans la foulée au ministère.

Source : Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *