Plouézec Ils vivaient avec 60 animaux dans 10 m2

Vendredi 14 octobre, les gendarmes de Paimpol et l’association 30 millions d’Amis sont intervenus chez deux quadragénaires de Plouézec qui vivaient dans un taudis avec 60 animaux.

L'un des chiots qui a été recuillis par l'association 30 millions d'Amis. Selon les gendamres, les animaux ne faisaitn pas l'objet de mauvais traitements (photo 30 Millions d'amis).
L’un des chiots qui a été recueilli par l’association 30 millions d’Amis. Selon les gendarmes, les animaux ne faisaient pas l’objet de mauvais traitements (photo 30 Millions d’Amis).

C’est avant tout un fait de grande misère sociale qui a été révélé à Plouézec près de Paimpol.

Ce matin, la brigade de gendarmerie de Paimpol et l’association 30 millions d’Amis sont intervenues à Plouézec chez deux personnes, un frère et une soeur, qui vivaient dans des conditions d’insalubrité terrible, entourés de 60 animaux.

L’homme et la femme, de 46 et 49 ans, sans emploi, vivaient dans une petite maison, sans eau courante et  “quasiment dans le noir, éclairés par une faible ampoule” selon les services de gendarmerie.

Ils occupaient une seule pièce de 10 m2 avec tous leurs animaux, l’accès à l’étage étant rendu impossible car l’escalier était cassé.

Syndrome de Noë

“Ils semble qu’ils étaient atteints du syndrome de Noë” indique un gendarme.

Un syndrome qui pousse à accumuler les animaux jusqu’à ne plus pouvoir s’en occuper.

Déjà, en 2014, une association d’Ille et vilaine, Bêtes de scène, avait été alertée de la situation.

Elle avait réussi à retirer une trentaine de chats et de chiens.

En 2015, les gendarmes avaient signalé des conditions d’insalubrité inacceptables.

“Il y avait une couche d’excéments par terre, c’était terrible”.

Ce matin, dans trois camions de l’association 30 millions d’amis, ce sont 60 chiens, chats, gerbilles, chinchillas, hamsters, lapins et oiseaux qui ont été emportés dans des refuges de la région parisienne.

L’homme a été placé en hôpital psychiatrique à Bégard. La femme est accueillie chez une soeur dans les côtes d’Armor.

Source : La Presse d’Armor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.