PERTUIS Trois voleurs tentent le tout pour le tout en percutant la voiture des gendarmes

Jeudi après-midi, à Pertuis, trois individus ont risqué le tout pour le tout afin de ne pas tomber entre les mains des gendarmes.

Après une folle poursuite et des voitures cabossées, un homme de 18 ans demeurant à Marseille a pu être arrêté.

Présenté à un magistrat du parquet d’Avignon hier après-midi, l’individu a rejoint une maison d’arrêt en début de soirée. Ses deux complices étaient en cavale encore hier soir. Une mission confiée aux enquêteurs de la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Pertuis.

Il jette des pierres sur la voiture des gendarmes pendant la poursuite

Leurs collègues en patrouille ce soir-là ont eu beaucoup de chance de ne pas être blessés. Tout se passe en l’espace de quelques minutes. Il est alors près de 17h30 quand une alerte pour un vol à Intersport est transmise par radio.

Un équipage se trouvant à proximité fonce sur les lieux pour couper la route des trois voleurs. Alors que les gendarmes font signe aux fugitifs d’arrêter leur véhicule, celui qui est au volant fait le choix de foncer dans la voiture de patrouille. Un choc violent qui permet au trio de prendre la fuite.

Mais celle des militaires peut encore rouler. Ils se lancent dans une poursuite risquée. Face à des hommes déterminés. Le passager avant du véhicule pris en chasse n’hésite pas à leur jeter des pierres pour qu’ils lâchent prise. Les militaires s’accrochent… Au point que le conducteur des fuyards donne un gros coup de frein en arrivant dans un rond-point. Les gendarmes n’ont pas le temps d’anticiper. Second choc.

Le véhicule des fuyards était équipé d’une fausse plaque

Une nouvelle occasion pour les trois complices de prendre la fuite. Les deux hommes assis à l’avant partent en courant. Le problème, c’est que leur voiture est une trois portes. Leur ami reste bloqué à l’arrière. Il est arrêté.

À côté de ce jeune Marseillais, les gendarmes découvrent près de 3000 euros de marchandises volées. Tout a été restitué au magasin.

Le véhicule accidenté des fugitifs reste saisi pour les besoins de l’enquête. Des techniciens se sont penchés dessus dans l’espoir de le faire “parler”. L’analyse de leurs prélèvements pourrait apporter des réponses à pas mal de questions. Les hommes de la brigade de recherches savent déjà que la voiture était faussement immatriculée.

Source : Vaucluse matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.