Pays viganais : la gendarmerie se féminise

Pays viganais : la gendarmerie se féminise

 

En cette fin d’été, beaucoup de mouvements à la brigade de proximité et à la communauté de brigades du Vigan (COB).

Le lieutenant Arnaud Pochon a quitté le commandement de la COB pour rejoindre Graulhet (Tarn). L’adjudant-chef Denis Campigna bien connu dans les milieux sportifs notamment dans le monde de la course à pied le remplace et prend la responsabilité d’un effectif de 20 gendarmes et gradés.

A la tête de la brigade du Vigan arrive l’adjudant Claire Kieffer, officier de police judiciaire (OPJ) avec 13 ans d’expérience en provenance de Bréval (Yvelines). Elle aura sous son commandement Stéphanie Masse (13 ans d’ancienneté), Manon Carré, Lucas Mandray qui viennent complèter la brigade du Vigan.

L’adjudant-chef Campigna est bien conscient des responsabilités qui lui incombent “avec le vaste territoire de la communauté et sa moyenne de six cents délits par an”. Les missions sont complexes et nombreuses même dans les territoires ruraux. Il entend lutter contre la délinquance locale ou de passage, toutes les formes d’addictions sans oublier le fléau des accidents de la route tout en privilégiant les relations avec la population, les élus, les comités des fêtes…

Après ces mutations, l’effectif viganais se féminise avec 5 femmes gendarmes sur 10 (50 %) à la brigade de proximité et 8 sur 20 (40%) à la COB. Les missions dévolues à la gendarmerie ne semblent pas effrayer ces nouvelles recrues viganaises.

“Une femme est un gendarme comme les autres, à part entière Il n’y a pas de réaction type d’une femme en intervention”. Dans tout groupe, il faut de l’équilibre et de la diversité pour s’enrichir, se compléter pour une plus grande efficacité.

Des mains de fer dans des gants de velours ?

Source : Midi Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *