Pas d’indemnisation pour les vétérans.

Bien que ce sujet soit en dehors du cadre gendarmerie, j’ai voulu ici vous informer de ce sujet “Brulant” et donner ainsi un petit coup de pouce à mon ami Pierre MARHIC, président  de l’Association Nationale des Vétérans Victimes des Essais Nucléaires.

Il faut se souvenir que si la France est aujourd’hui la 3ème force nucléaire mondiale, c’est grâce aux sacrifices de nos vétérans qui aujourd’hui se battent pour la reconnaissance de leurs souffrances.

Brest—L’indemnisation des victimes des essais nucléaires et veuves est un échec total.

A la date du 1er avril 2013, le CIVEN a examiné 687 dossiers et accordé 10 minables indemnités allant de 15 000 euros à 115 000 euros en réparation réputée intégrale des conséquences d’un ou plusieurs cancers. Sur les deux exercices 2011 et 2012 ce sont 19 millions d’euros sur les 20 millions disponibles qui n’ont pas été distribués et qui sont perdus pour les victimes.

Tout est en place pour ne pas indemniser. La loi Morin votée en fin 2009 par les seuls parlementaires de la majorité de droite n’est qu’un leurre et une coquille vide. La nouvelle majorité de gauche qui a encouragé le combat déséquilibré des vétérans semble frappée d’amnésie et peine à admettre la nécessité de modifier une loi qui n’indemnise personne puisque 98% des demandes sont rejetées. Certes, Patricia Adam députée de Brest et présidente de la commission Défense à l’Assemblée nationale a mis en place une mission d’information sur l’exécution du budget des Anciens combattants avec un volet réservé aux « essais nucléaires » L’ANVVEN a été auditionnée le jeudi 18 avril par les députés de cette mission.

En attendant que le nouveau ministre JY Le Drian prenne conscience de l’injustice qui frappe ceux qui ont le mieux servi la France, les cancéreux et veuves sont contraints d’engager des procédures lourdes, longues et inefficaces. Dans les conditions présentes, l’ANVVEN n’a plus le droit d’encourager ses adhérents et sympathisants à déposer un dossier destiné à la guillotine du CIVEN. Que les autres associations réputées parfois à tort, comme représentatives, assument la responsabilité d’envoyer les dossiers concernant les milliers d’adhérents qu’elles revendiquent.

Lire la suite : Agence Bretagne Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *