Paris : 300 policiers dans la rue pour dénoncer les inégalités avec les gendarmes

ARCHIVES (Une opération commune à Beauvais). Près de 300 policiers ont manifesté jeudi à Paris à l'appel d'un syndicat d'officiers de police, devant une caserne de gendarmerie pour réclamer «l'égalité» entre la police et la gendarmerie.

ARCHIVES (Une opération commune à Beauvais). Près de 300 policiers ont manifesté jeudi à Paris à l’appel d’un syndicat d’officiers de police, devant une caserne de gendarmerie pour réclamer «l’égalité» entre la police et la gendarmerie. | LP / Patrick Caffin

 

C’est «un sujet tabou», assure le secrétaire général du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), Jean-Marc Bailleul. Selon lui, «la police est moins bien traitée que la gendarmerie». Et c’est pour dénoncer cette différence que près de 300 policiers ont manifesté ce jeudi à Paris, devant une caserne.

Tous réclament en effet «l’égalité» entre les deux corps de sécurité. Depuis 2010, les militaires qui dépendaient auparavant du ministère de la Défense, ont intégré le ministère de l’Intérieur. Où ils ont conservé leur statut… et leurs avantages.

«Pourquoi conserver le statut militaire dans la mesure où l’activité militaire d’un gendarme représente moins de 3% de son activité générale», s’interroge le syndicaliste. Selon lui, un gendarme coûte 26% plus cher qu’un policier, et «sur 15 ans, à grade égal, un gendarme est payé 100 000 euros de plus qu’un policier».

Fusionner les deux corps ?

Le SCSI, majoritaire chez les officiers de police, estime que les policiers souffrent de cette «différence de traitement». Le syndicat précise toutefois «qu’il n’y a pas de guerre avec les gendarmes» mais ces disparités auraient «des effets non négligeables sur la sécurité». Pour moins d’inégalités, autant former «une seule grande force de sécurité», défend Jean-Marc Bailleul. Et d’argumenter: «Cela conduirait à des économies budgétaires (…) et à une meilleure efficacité».

Le SCSI a par ailleurs initié une action au niveau européen pour que les gendarmes obtiennent le droit de se syndiquer, ce qui n’est pour l’heure pas possible, contrairement aux policiers qui sont de statut civil. En février 2014, le gouvernement français avait fait savoir au Conseil de l’Europe qu’il y était opposé. L’instance européenne avait été saisie de ce cas, en juin 2013, par le Conseil européen des syndicats de police (CESP) auquel le SCSI est adhérent.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.