Palavas-les-Flots : les gendarmes et les policiers vont-ils faire la paix ?

Les policiers municipaux de Palavas-les-Flots montrés du doigt par les gendarmes. Photo D.R

EXCLUSIF INFOS H24. Les relations se sont dégradées ces derniers mois entre les policiers municipaux de Palavas-les-Flots et les gendarmes de la compagnie de Lunel. Ils n’ont pas encore complètement enterré la hache de guerre. Révélations.

C’est une lettre de deux pages inattendue qui est arrivée ces dernières semaines entre les mains du général Jean-Philippe Lecouffe, commandant en second de la région de gendarmerie LRMP et à la tête du groupement de l’Hérault. Une petite bombe remise par Christian Jeanjean, le maire (LR) de Palavas-les-Flots, alerté par Gilles Haddouche, le chef de la police municipale de la station-balnéaire sur une situation inédite.

image: http://infos-h24.fr/wp-content/uploads/2016/07/DSC_8649-300×201.jpg

Les habitants de Palavas appellent directement le poste de police au lieu de composer le 17 ! Photo D.RLes habitants de Palavas appellent directement le poste de police au lieu de composer le 17 ! Photo D.R

Un extrait de ce courrier explosif est particulièrement significatif des rapports exécrables qui perdurent entre les deux services depuis ces derniers mois. Gilles Haddouche écrivait ainsi au maire : « J’ai été alerté par l’équipe de nuit et une de jour de la police municipale que des jeunes palavasiens sont venus leur faire des déclarations sur les gendarmes de Lunel, qui leur demandaient de déposer plainte contre les policiers municipaux de Palavas. Les gendarmes auraient demandé des éléments à un jeune qui était absent sur une intervention. Nous avons, bien entendu relevé ces déclarations par écrits ». Des accusations présumées particulièrement graves.

Enquête ordonnée

Selon nos informations, des gendarmes de Lunel seraient allés encore plus loin en téléphonant aux parents de ces jeunes qu’ils avaient approchés pour les inciter à « noircir » les policiers municipaux palavasiens.

« Ces faits contenus dans cette lettre ont tous été pris en compte et ont fait l’objet d’une enquête confiée aux gendarmes de la brigade de recherches (BR) de la compagnie de Lunel. Ces jeunes et leurs parents ont été entendus, ainsi que les policiers municipaux et les gendarmes en question, tout a été vérifié. La procédure a été transmise au procureur de la République de Montpellier » a confirmé le groupement de gendarmerie de l’Hérault à Infos H24. Des auditions menées sous le régime de la garde à vue.

La brigade de gendarmerie de Palavas : un nouveau commandant est arrivé. Photo D.RLa brigade de gendarmerie de Palavas : un nouveau commandant est arrivé. Photo D.R

 

On n’en saura pas plus, si ce n’est, selon ce que nous avons pu apprendre qu’aux yeux des enquêteurs de la BR de Lunel, rien de répréhensible n’aurait été retenu contre leurs collègues lunellois désignés comme ayant cherché à nuire à des policiers municipaux…

C’est au procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret de décider de la suite qu’il compte donner à cette affaire peu banale.

Changement de commandant

Dans la longue lettre adressée au maire et remise au général de gendarmerie, le chef de la police municipale a mis en cause le changement des relations communes intervenu quand la brigade de gendarmerie de Palavas-les-Flots, rattachée à la compagnie de Castelnau-le-Lez est passée dans le giron de la compagnie de Lunel.

Gilles Haddouche regrette ainsi que « depuis que nous avons changé de compagnie, les agents du poste de police se plaignent du changement radical du comportement des gendarmes et de leur non présence ». Joint par Infos H24, Gilles Haddouche n’a pas voulu en dire plus sur cette affaire sensible, se contentant de confirmer « avoir toujours entretenu d’excellents rapports professionnels avec les commandants de compagnie qui s’étaient succédés à Montpellier, puis à Castelnau-le-Lez, dont Christophe Pizzi, devenu sous-préfet et Thierry Aldebert ».

Dans sa lettre, il se félicite que « cette collaboration de l’époque, la police municipale de Palavas-les-Flots a toujours eu de très bons résultats et a pu maintenir la baisse du taux de criminalité sur la commune qui est devenue une référence au niveau national. Ce travail est le fruit d’un investissement et la motivation des agents du poste de police. Or, à ce jour, cette dynamique n’est plus à l’ordre du jour. Les agents manifestent une perte d’énergie et d’efficacité, par crainte d’une intervention mal interprétée par nos collègues de la gendarmerie (…) Aujourd’hui, nous vivons tous cette charge comme une injustice de la part d’une poignée de gendarmes, avec apparemment des enquêtes montées à charge, au vu des déclarations de jeunes de la commune. Les 3 policiers municipaux auditionnés en garde à vue par les gendarmes sont sortis psychologiquement affaiblis et dans l’incompréhension totale ».

« Jalousie ? »

Dans sa missive envoyée au maire, Gilles Haddouche cherche à comprendre les raisons ayant poussé ces gendarmes de Lunel a faire pression sur des jeunes et leurs parents, ce qu’ils ont farouchement nié lors de l’enquête : « Ces gendarmes veulent t-ils la chute des policiers municipaux par bêtise ? Ou plutôt par jalousie, à cause des 5 reportages diffusés par des chaînes de télévision dans des magazines très regardés de TF 1, M6 et W9 ? De recevoir des délégations de policiers nationaux envoyés à Palavas-les-Flots par le centre national de la fonction publique, où nous sommes une référence ? L’arrestation de trois braqueurs en flagrant délit ? ».

Selon nos informations, l’ancien commandant de la compagnie de Lunel -récemment muté- et les militaires de la brigade de Palavas auraient eu en travers de la gorge un reportage diffusé l’été dernier sur une de ces chaînes, « où on ne voyait jour et nuit à l’oeuvre que les policiers municipaux palavasiens. Tellement, qu’on pouvait croire qu’il n’y avait pas de gendarmes, cela a été mal perçu et mal vécu » croit savoir un officier du groupement de gendarmerie de l’Hérault.

Mutation du commandant de brigade

On aurait pu penser que le départ récent du chef d’escadron qui commandait la compagnie de Lunel et qui était dans le collimateur du maire et des policiers municipaux de Palavas allait permettre aux deux services d’enterrer la hache de guerre. Erreur. Cette guéguerre vient de connaître un nouvel épisode rocambolesque.

Des photos tirées d’un compte de la page Facebook ont, comme par hasard été adressées, anonymement à l’ancien commandant de la compagnie de Lunel qui a immédiatement tout transmis au général Jean-Philippe Lecouffe. Il a diligenté une enquête disciplinaire sur les documents expédiés par le corbeau, avec une sanction à la clé contre le commandant de la brigade de Palavas-les-Flots, que l’on voyait hors-service, en civil donc, danser avec des amis à la terrasse d’un bistrot de la station-balnéaire…

Le chef de brigade a été muté illico à la compagnie de gendarmerie…de Lunel ! Et un nouvel officier vient de prendre ses fonctions à Palavas-les-Flots, où il est en train d’essayer de recoller les morceaux avec les policiers municipaux.

L’affaire pourrait bien avoir encore des prolongements spectaculaires : l’ancien chef de brigade de Palavas-les-Flots qui estime avoir été victime d’un coup monté va saisir la justice. L’été s’annonce chaud à Palavas et pas que sur le sable…

Source : Infos H24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.