« ONPC » – Général de Villiers : « Le doute, c’est le début de la défaite »

L’ancien chef d’état-major des armées est revenu sur France 2 sur son ressenti et son expérience de commandement. Un témoignage inspirant.

17580733lpw-17580833-article-pierre-de-villiers-jpg_5736696_660x281

Le général Pierre de Villiers était l’invité de Laurent Ruquier, samedi soir, dans On n’est pas couché à l’occasion de la sortie de son deuxième livre, qu’est-ce qu’un chef  ? (Fayard). L’ancien chef d’état-major des armées raconte qu’après sa démission, le 19 juillet 2017, il a effectué « une trentaine de déplacements » dans un « tour de France ». « Au début, c’était l’été et, l’automne 2017, j’ai senti une grande espérance puis ensuite de l’inquiétude, et puis après l’inquiétude une certaine forme de doute chez les Français et les Françaises que je rencontrais. »

« Le doute, c’est le début de la défaite. Sur la fin, c’était plutôt une espèce de colère sourde, dont on voit bien les manifestations aujourd’hui », continue l’ancien militaire sur le plateau de France 2. « Et je me suis dit : j’ai quelque chose à transmettre. J’ai appris, j’ai eu la chance de commander, de diriger des hommes et des femmes exceptionnelles dans des conditions, en particulier les dernières années, délicates. Il faut que je l’écrive et il y a une certaine forme d’urgence. »

Lire aussi Général de Villiers : sa première interview depuis son limogeage

« Toute autorité est un service »

Lors de ce long entretien, étonnamment respectueux de la part de Laurent Ruquier et de ses chroniqueurs, le général Pierre de Villiers explique aussi la manière dont il conçoit le rôle de chef, dans un moment où le concept et où l’autorité, notamment quand elle est jupitérienne, sont questionnés de toute part. « J’ai vécu dévoué à l’ensemble des équipes : soldats, marins, aviateurs que j’ai commandés pendant 43 années parce que toute autorité est un service. Je considère que, quand on est chef, on est pas là pour les honneurs, mais notre honneur, c’est de nous dévouer à ceux que l’on commande. »

Lire aussi Le général de Villiers ne déclare pas la guerre à Emmanuel Macron

Source : Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.