Oise : une fillette brûlée «au troisième degré sur 90% du corps» par une voisine

Une petite fille de trois ans a été brûlée vive dans la cour de son logement à Auneuil (Oise).

LP / V. Gautronneau

Âgée de trois ans, elle a été aspergée de liquide inflammable devant le domicile familial, à Auneuil.

Une fillette de trois ans et demi est dans un état critique après avoir été brûlée vive, mardi, peu après 16h30, à Auneuil (Oise), à quelques kilomètres de Beauvais. Selon nos informations, la fillette jouait avec sa sœur de 6 ans dans la cour commune à huit appartements quand une voisine a projeté sur elle une substance inflammable. «Un geste volontaire», selon le parquet de Senlis, chargé des investigations.

LIRE AUSSI > Fillette brûlée vive dans l’Oise : «Je me suis précipitée, avec de l’eau et des serviettes»
Le corps et le visage de la fillette se sont alors immédiatement embrasés, causant des blessures très importantes. Sa mère s’est précipitée sur elle pour éteindre les flammes. Elle aussi a été grièvement blessée, aux mains et au visage. Hospitalisée à Paris, la petite fille souffre de «brûlures au troisième degré sur 90 % du corps», selon la grand-mère de la fillette. Son pronostic vital est engagé.
«Il faudra au moins neuf jours, selon les médecins, pour savoir si elle va pouvoir s’en sortir», ajoute sa grand-mère. La mère de l’enfant, hospitalisée à Beauvais, a été opérée mercredi. Ses jours ne sont pas en danger.

 

La voisine «souriait», «comme si elle était contente de son coup»

Selon plusieurs témoignages, la voisine aurait simplement ouvert sa porte avant de projeter un liquide sur l’enfant, sous les yeux de sa sœur. Elle a été interpellée immédiatement après les faits, sans opposer de résistance, par les gendarmes de la compagnie de Méru. «Elle souriait quand elle est sortie de chez elle, comme si elle était contente de son coup», explique, choquée, la grand-mère des petites filles. «Il n’y avait jamais eu de problème entre ces deux familles», affirme le maire de la commune, Robert Christiaens, excluant tout conflit de voisinage de longue date.
Placée en garde à vue — cette dernière est toujours en cours ce jeudi — la voisine, âgée d’une quarantaine d’années selon nos informations, est restée muette sur les raisons de son geste lors de ses interrogatoires. Une information judiciaire pour tentative d’homicide devrait être ouverte dans la soirée par le parquet de Senlis.

 

Source :   leparisien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.