Nouvelles victimes : le prof de Poincaré écroué

Mis en examen début octobre pour des comportements déplacés sur une de ses élèves, un professeur du lycée Poincaré a été de nouveau déféré devant un juge d’instruction, ce jeudi. Dix nouvelles victimes auraient en effet été identifiées. Et le prof a été, cette fois, placé en détention.

lors-de-la-premiere-mise-en-examen-du-professeur-au-debut-du-mois-d-octobre-le-lycee-poincare-avait-mis-en-place-une-cellule-d-ecoute-pour-les-eleves-photo-er-patrice-saucourt-1571951097Lors de la première mise en examen du professeur, au début du mois d’octobre, le lycée Poincaré avait mis en place une cellule d’écoute pour les élèves.   Photo ER /Patrice SAUCOURT

Retour en garde à vue à la gendarmerie de Nancy puis devant un juge d’instruction, ce jeudi, pour Jean-Marc Maucotel. Ce professeur d’histoire-géo du lycée Poincaré avait déjà connu le même chemin de croix judiciaire au début du mois d’octobre. Il s’était retrouvé dans le collimateur des gendarmes suite à la dénonciation de la mère d’une de ses élèves. Celle-ci avait révélé l’existence d’échanges très fréquents et très malsains sur internet entre sa fille de 17 ans et celui qui était son professeur principal.

Il fait valoir son droit au silence

L’enseignant a, en particulier, demandé à plusieurs reprises à la jeune fille de lui envoyer des photos dénudées. Il aurait également tenté de l’embrasser lors d’un rendez-vous à la gare de Nancy. De façon plus générale, la lycéenne affirme qu’il lui caressait régulièrement et discrètement le dos.

Depuis la révélation de ces faits, « dix nouvelles jeunes femmes ont été identifiées par les services de gendarmerie et ont relaté avoir été victimes, de la part de ce même enseignant, de faits de même nature alors qu’elles étaient scolarisées au lycée Poincaré et alors qu’elles étaient âgées de 16 à 17 ans », indique dans un communiqué le procureur de Nancy.

Ce qui a valu au professeur d’être de nouveau questionné, ce jeudi, par les gendarmes puis par un juge d’instruction. Il a fait valoir son droit au silence tant devant les uns que devant l’autre. Ce qui n’a pas empêché sa mise en examen. Mais pas pour l’ensemble des dix nouvelles victimes. Pour seulement quatre d’entre elles, dont une jeune fille qui ne parle pas seulement de propos ou gestes déplacés.

Un viol dans un parc qui remonterait à l’été 2012

Elle accuse carrément l’enseignant de l’avoir violée. Les faits auraient eu lieu dans un parc de Nancy durant l’été 2012 alors qu’elle était majeure. La jeune fille avait déjà porté plainte pour cela à l’époque. Mais son récit s’était heurté à un problème de preuve et l’enquête n’avait débouché sur rien.

« La procédure a été classée sans suite en 2014 pour infraction insuffisamment caractérisée et il n’y a eu aucun élément nouveau concernant ces faits depuis », s’étonne l’avocate de l’enseignant, Me Marie Desmet, contactée après la publication du communiqué du procureur.

Le juge d’instruction a néanmoins retenu le « viol par personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction » parmi les infractions reprochées à l’enseignant. Ce dernier a ensuite fait face à un juge des libertés.

Cette fois, pas question d’en rester à un simple contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer. Le prof a été placé en détention provisoire.

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.