Normandie. Cet élu du Calvados finance les masques des habitants avec ses indemnités d’adjoint

Maire adjoint à Subles (Calvados), Thierry Dubosq a renoncé à ses indemnités d’élu de mars à mai 2020. Avec cet argent, il a financé l’achat de matières premières pour la fabrication de 700 masques destinés aux habitants de sa commune.

Thierry Dubosq a renoncé à ses indemnités d’adjoint, pour financer l’achat de masques destinés aux habitants.
Thierry Dubosq a renoncé à ses indemnités d’adjoint, pour financer l’achat de masques destinés aux habitants. | ARCHIVES OUEST-FRANCE
« Les petites communes comme la nôtre sont toujours à la recherche de budgets, alors nous n’avons pas d’autre choix que d’êtres solidaires. » Maire adjoint à Subles, un petit village situé à proximité de Bayeux (Calvados), Thierry Dubosq n’a pas hésité une seconde, quand il a fallu acquérir des masques pour ses concitoyens.
À la différence des autres communes de l’intercommunalité de Bayeux qui ont signé un bon de commande à des fabricants normands, lui a préféré une voie plus économique.

Des bénévoles mobilisés

Thierry Dubosq a décidé de renoncer à ses indemnités de maire adjoint, pour les mois de mars, avril et mai. « Avec le confinement, on ne peut pas dire que l’on a fait grand-chose pour la commune, constate l’élu, avec philosophie. Cet argent provient de la commune. Je ne fais que le restituer à ses habitants. »

Contrairement à ce qu’il annonce avec modestie, Thierry Dubosq s’est pourtant personnellement engagé, pour la fabrication de 700 masques. Et pas simplement en finançant l’achat des matières premières ou en se rendant dans la blanchisserie de l’Établissement et service d’aide par le travail (Ésat) des Compagnons, pour désinfecter ces masques, avant de les distribuer le week-end dernier.

Thierry Dubosq a mobilisé tout un réseau de bénévoles pour coudre ces masques, « en passant quelques coups de fil à des gens motivés ». Il a ainsi réuni une trentaine de personnes pour découper, coudre et distribuer ces masques. « Tous ont travaillé pendant onze jours complets, pour pouvoir les distribuer en temps et en heure. »

La aussi les habitants de Subles n’ont pas perdu de temps et ont devancé bien d’autres communes, en distribuant les 700 masques dès le week-end dernier.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.