Musée de la gendarmerie nationale : «un lieu unique pour une collection unique»

Le 4 juillet 2013, la première pierre du Musée de la gendarmerie nationale a été posée, à Melun. Confié au cabinet d’architectes Moatti et Rivière, le futur musée, dont l’ouverture est prévu fin 2014, prendra place au coeur d’un ancien bâtiment de caserne entièrement réhabilité, situé en périphérie de l’Ecole des officiers de la gendarmerie nationale. Notice architecturale.

Le Musée de la Gendarmerie Nationale à Melun est organisé pour répondre à son rôle essentiel de présentation, de préservation et conservation et d’études des collections. Au-delà de ces fondamentaux, il doit être un lieu unique dans lequel se trouve une collection unique.

Ainsi, trois propositions définissent le visage de ce nouveau musée :

  • > Une immense vitrine colonne vertébrale du musée qui réunit toute l’histoire des gendarmes ;
  • > Un fronton d’entrée en bronze, image symbole du musée orienté vers la ville ;
  • > Un parvis d’entrée solennel qui offre une nouvelle monumentalité au bâtiment.

C’est avec une expérience et un imaginaire personnel que nous allons à la rencontre de ce musée d’Histoire et de société, ce qui fait de nous des visiteurs en quête. C’est par le parcours que les différents visiteurs, néophytes, curieux, passionnés, spécialistes composent leur propre chemin de la connaissance.

Dans notre projet, architecture et muséographie proposent une expérience spatiale, de rencontres des images, des sons, des objets et des espaces.

02(@Moatti Riviere architectes)_S.jpg

La grande vitrine des chronologies

Le projet du musée de la Gendarmerie Nationale comporte en son coeur et sur toute sa hauteur, une grande vitrine des chronologies. Elle est le lieu symbolique de la transmission des valeurs de l’Arme et de sa richesse à travers l’histoire des gendarmes.

Haute de 8,70m, large de 2,00m et longue de 18m, c’est la colonne vertébrale du musée. Suspendue dans le hall d’accueil du rez-de-chaussée, elle entraîne, par des trémies pratiquées dans les planchers, le regard du visiteur vers l’exposition permanente située dans les étages.

Cette vitrine structure l’espace d’accueil. Elle nous indique la direction d’accès à la salle d’exposition temporaire située au rez-de-chaussée et aux circulations verticales vers l’exposition permanente.

L’exposition permanente, située aux étages un et deux, tournent autour de cette vitrine. En un seul espace, le visiteur embrasse la grande épopée des gendarmes. Elle présente l’évolution des montures, l’évolution des costumes et l’évolution des armes, des croisés à nos jours. Autour d’elle, la collection se répartie dans des alcôves créées par les refends existants conservés.

Une nouvelle image pour la ville

Pour que le bâtiment actuel représente sa nouvelle fonction, nous modifions la façade actuelle et le parvis d’accès. Nous rapportons sur la façade un fronton à l’échelle de tout le bâtiment avec en son centre, l’emblème de la gendarmerie : la grenade.

Cette dernière est réalisée en métal couleur bronze par gaufrage en relief et s’appuie sur des lames métalliques de couleur bronze également. Ces lames viennent entourer l’extension avec des différences d’inclinaison qui à la fois donne à voire et dissimule l’intérieur de l’extension.

Le rez-de-chaussée est traité en vitrage. Il permet d’offrir un véritable sas thermique de rendre l’accueil plus convivial. L’étage est une extension qui complète l’exposition permanente au premier et deuxième étage. Ce fronton est installé en avancée de 3,30m sur les façades du bâtiment actuel rénovées à l’identique.

Depuis la ville, après la passerelle qui enjambe le ‘Ah Ah’, le visiteur accède par un vaste escalier à un parvis solennel. Ce parvis en pierre et béton de couleur sombre sert aussi de lieu d’exposition extérieur et encadre avec le toit en ardoise la façade blanche du bâtiment.

Moatti-Rivière

04(@Moatti Riviere architectes)_B.jpg

Le Musée de la gendarmerie nationale en quelques chiffres

1.200m² d’exposition permanente
2.000 pièces exposées
200m² d’exposition temporaire
Un centre de documentation de 135m²
Un budget global de 11,5 millions d’euro HT.

05(@Moatti Riviere architectes)_S.jpg

Source : Le Courrier de l’Architecte

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *