Montmirail Visite du Centre Opérationnel et de Renseignement de la Gendarmerie Nationale

Les élus montmiraillais ont pu visiter le Centre Opérationnel de Renseignement de la Gendarmerie de Châlons-en-Champagne.

Les élus montmiraillais ont découvert le Visite du Centre Opérationnel et de Renseignement de la Gendarmerie Nationale de Châlons-en-Champagne.
Les élus montmiraillais ont découvert le Visite du Centre Opérationnel et de Renseignement de la Gendarmerie Nationale de Châlons-en-Champagne.

Garder les villes et les villages en sécurité demande un travail énorme. Les premiers visibles de ce dispositif sont les Brigades de Gendarmeries implantées ici et là. Mais ce ne sont pas elles seules qui font respecter la loi. Elles répondent aux directives d’un dispositif beaucoup plus grand situé à Châlons-en-Champagne.
Pierre Quilleré, Adjoint au Maire à la Sécurité de la Commune de Montmirail répond à l’invitation du Colonel Olivier Courtet, Commandant de la région de Champagne-Ardennes et se rend à Châlons-en-Champagne accompagné du Maire Étienne Dhuicq, du Maire honoraire Bernard Doucet, de certains membres du Conseil Municipal mais également de référents citoyens.
C’est en tenue décontractée que le Colonel reçoit ses hôtes montmiraillais pour une visite privilégiée du Centre autrement appelé par son sigle CORG (Centre Opérationnel de Renseignement de la Gendarmerie).

Rassurez-vous, vous êtes en sécurité

Les missions du CORG sont aussi nombreuses que variées. La première de ces missions est de traiter les appels d’urgence qui arrivent à la Gendarmerie. À chaque appel il faut une réponse immédiate et appropriée. Il faut traiter l’information et agir sans délais. La Gendarmerie est parée à toutes les situations et a les moyens d’engager les personnels sur place. Ainsi, si même votre appel va à Châlons-en-Champagne, le dispatch avec les Brigades est en temps réel. Aucun changement de ce côté là donc.

“Dérangez-nous jour et nuit, nous sommes là pour ça”

Le dispositif de protection de la population est là pour rassurer, pour intervenir, pour aider et ce 24/24, 7/7. Faire le 17 est un réflexe qui peut sauver autant les personnes que des biens. Cependant, le Colonel Courtet fait le constat que nombreuses sont les personnes qui n’osent pas appeler le 17 par peur de déranger. “Mais appelles-nous, nous sommes là pour ça”. Il est un fait que des personnes , principalement des seniors, attendent sagement l’ouverture des bureaux le lendemain pour signer une intrusion ou un fait pour ne pas déranger en pleine nuit les Gendarmes. Mais ceci a un côté négatif, celui de ne pas surprendre les cambrioleurs en flagrant délit. Alors si vous voyez une incivilité, si vous soupçonnez un cambriolage chez votre voisin absent, n’hésitez pas à appeler le 17 et vous serez automatiquement en lien avec le CORG qui va envoyer des gendarmes sur les lieux. Tout comme les urgences médicales, vous avez le droit d’appeler les urgences des forces de l’ordre à toute heure du jour et de la nuit.

Source : Le Pays Briard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.