Militaires visés par une voiture en Isère : deux personnes interpellées

1813b4be-3335-11e8-87da-639a5809d05d-1_1000x625Varces-Allieres-et-Risset (Isère), le 29 mars 2018. L’entrée de la caserne dont sont issus les militaires. AFP/ JEAN-PIERRE CLATOT

Un homme a été arrêté en milieu de journée. La propriétaire du véhicule a également été interpellée. Il n’y a aucun blessé.

Ce jeudi matin, un homme, accompagné d’une femme, a foncé jeudi en voiture sur des militaires à Varces-Allières-et-Risset (Isère), sans faire de blessés. Deux interpellations ont été effectuées quelques heures plus tard dans le cadre de l’enquête. a foncé sur des militaires près d’une caserne de l’armée de Terre à Varces-Allières-et-Risset (Isère), près de Grenoble. L’agression n’a fait aucun blessé. Le véhicule serait une Peugeot 208 noire. Le parquet antiterroriste n’a pas été saisi et la piste d’une agression de droit commun est pour l’heure privilégiée.

Les recherches ont été très rapidement lancées pour retrouver le conducteur, qui avait pris la fuite. Un homme été arrêté peu avant 13 heures à Grenoble, place du marché de l’Arlequin, selon un message de la police nationale sur Twitter.


L’individu a été interpellé par les policiers de la Brigade de recherche et d’intervention. Il a été placé en garde à vue alors que des perquisitions sont menées à son domicile, précise Europe 1.

Selon une source proche de l’enquête, l’homme, en état d’ébriété et dormant sur le siège passager, se trouvait alors avec trois autres personnes dans le véhicule recherché, mais il ne correspondrait pas à la description de l’agresseur faite par les militaires. Des vérifications sont toujours en cours.

Une passagère accompagnait le conducteur lors de l’agression des militaires. Dans un tweet, la police nationale explique que la propriétaire du véhicule a été interpellée à Echirolles, près de Grenoble. Pour l’instant, on ne sait pas s’il s’agit de la même personne.

Capture d’écran 2018-03-29 à 16.40.34

« Aux alentours de 8h15, il a menacé verbalement six ou sept militaires qui faisaient un footing. Il a insulté un deuxième groupe de militaires qui sortaient faire un footing et qui l’ont perdu de vue. A leur retour, il leur a foncé dessus. Les militaires ont réussi à remonter sur le trottoir sans être écrasés. Les gendarmes ont bouclé la zone et ont lancé les poursuites et côté militaire nous avons renforcé le périmètre de sécurité », avait détaillé plus tôt dans la matinée le colonel Benoît Brulon, porte-parole de l’Armée de Terre.

«Un premier groupe de militaires a été menacé, insulté par le conducteur d’un véhicule, a confirmé en début d’après-midi le colonel Alain Didier, chef d’état major de la 27e brigade d’infanterie de montagne. « Un 2e groupe a également été insulté et menacé, puis le conducteur a foncé sur ces 4 soldats de montagne. Par une bonne réactivité ils ont pu se protéger de cette attaque », a-t-il ajouté confirmant que tous allaient bien.

Le préfet de l’Isère a dénoncé «un acte odieux » et annoncé que la PJ de Grenoble était saisie de l’enquête.

Capture d’écran 2018-03-29 à 16.42.04

« Nous en sommes au début de l’enquête, il faut rester prudent sur les motivations de l’auteur », a expliqué le procureur de Grenoble au Dauphiné. « À l’heure actuelle, le parquet de Grenoble reste saisi du dossier. Le parquet antiterroriste est susceptible de s’en saisir en fonction de l’évolution de la situation », a-t-il ajouté.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.