MESSAGE D’UN FLIC…..

bandeau Asso APG

Devant cette avalanche de suicides qui atteint l’ensemble de nos Forces de l’Ordre, j’ai lu pour vous sur une page de Facebook, un texte écrit par un Policier mais qui aurait pu l’être par un Gendarme.

A nous Citoyens de nous poser la question ; Ne sommes-nous pas “un tout petit peu” responsable de cette situation ?  Réalisons-nous qu'”Ils” sont la pour nous protéger ?

Et si par malheur l’un d’entre eux “s’égare”, faut-il jeter l’opprobre sur toute la profession et crier bêtement avec les loups comme nous l’avons tous  vu faire récemment ? ( affaires Théo et AdamaTraoré)

Image associée

 

MESSAGE D’UN FLIC…..

Nombreuses sont ces petites phrases que nous entendons chaque jour au cours de nos divers services. Il ne faut pas se voiler la face, nombreuses sont celles qui sont agaçantes, gonflantes voire provocantes… mais pas que.

 

Alors je me suis tenté à quelques « vous pensez que… mais nous faisons… ».
La liste n’est pas exhaustive et je suis certain que vous ne manquerez pas de l’enrichir par vos propres expériences.

Finalement, un post n’est intéressant que s’il vit ! Commençons…

 

Vous pensez que je me balade : je travaille.

Vous trouvez que j’ai de la chance d’avoir un Peugeot tout neuf: je passe mon temps à le nettoyer et il a déjà 100 000 kms.

Vous estimez que l’amende qui vous est dressée est injuste : autant que je le sache, je ne tenais pas votre volant au moment de l’infraction et l’argent ne rentre pas dans ma poche.

Vous me faites savoir qu’il serait plus judicieux de courir après les voleurs que de plomber les honnêtes gens : sachez que les voleurs ont (aussi) des voitures et que courir derrière n’a jamais donné beaucoup de résultats. De plus, et tout le monde le sait, les gens honnêtes ne commettent jamais de fautes.

Vous me faites remarquer que ma camarade est très mignonne : merci, signez là.

Vous me faites remarquer que mon camarade est très mignon : merci, signez là (aussi).

Vous me croisez bien souvent en m’adressant un regard digne d’un film de killer: je sais aussi sourire et un « bonjour » est toujours le bienvenu.

Vous dites à vos enfants que, s’ils ne sont pas sages, ils iront en prison avec le monsieur en bleu : à ce moment là, deux hypothèses, soit le mouflet fond en larme et se blottit contre vous ; soit il nous lance un grand sourire, limite il vient checker !

Vous nous faites remarquer que nous nous mettons toujours à des endroits où il ne passe rien mais que devant chez vous, c’est l’autoroute : là aussi, deux hypothèses, soit vous n’avez pas une idée franche de la vitesse à laquelle les gens roulent, soit vous habitez effectivement en face de l’autoroute.

Vous nous traitez souvent de bons à rien (propos souvent recueillis provenant de personnes dans un état que je qualifierais de « second ») : vous faites quand même appel à nos services.

On entend souvent « mais vous ne comprenez rien à mon problème » : 3 hypothèses : 1/ cela fait une bonne demie-heure que je vous explique que je ne peux rien faire pour vous. 2/ je ne comprends pas votre femme, c’est un fait (et vous non plus visiblement). 3/ je ne suis pas dépanneur chez Darty .

Vous arrêtez rarement les voleurs quand même !! : j’ai une Peugeot, ils ont une Audi, fin du bal.

Mais, parfois, un inconnu sort du lot (et vous offre des fleurs mais ça, c’est l’effet Impulse, nous en reparlerons une autre fois) et vous dit que vous faites un métier formidable : à ce Monsieur, je réponds oui, oui, 3 fois oui. Ce métier, on l’aime sinon, on ne peut pas le faire correctement.

Ce métier, on l’a dans le sang, on le vit, on le respire chaque jour, on le subit même, parfois, mais nous savons, jour après jour, pourquoi nous l’avons choisi.

Et même si nous traversons parfois des périodes difficiles, même si la « Grande Maison » n’est pas toujours aussi grande qu’on l’aurait imaginé, on a souvent un camarade qui est là pour nous écouter, nous soutenir, nous aider.

C’est pas de ma faute si j’aime le « Bleu » , c’est mon côté romantique

Source : Collectif Policiers en Colère Lorraine

 

Policier colere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *