Médoc : moins de renforts de gendarmerie cet été

Les forces de gendarmerie déployées pour encadrer la saison estivale accusent une baisse des effectifs. Et les gendarmes mobiles n’arriveront pas avant le 17 juillet

Médoc : moins de renforts de gendarmerie cet été

Le début de saison devra être géré sans les renforts de gendarmes mobiles. © Photo

ph archives S.Lartigue
Cette année, le dispositif de sécurité estivale mis en place pour assurer la tranquillité des vacanciers dans le Médoc n’aura pas échappé à quelques « économies ». Il couvre la surveillance des plages, la lutte contre la délinquance et l’insécurité routière, sans oublier la prévention des incendies. À Lacanau, le 28 mai dernier (« Sud Ouest » du 29 mai), le préfet Michel Delpuech avait commenté que « la posture du dispositif était la même que pour l’été 2013 ».Si l’ossature est effectivement équivalente, il apparaît dans le détail que les effectifs engagés ne sont pas tout à fait identiques. Ce qui est notamment le cas pour les forces de gendarmerie. Dans son document de présentation 2013, la préfecture précisait que « les renforts militaires étaient de 271 gendarmes supplémentaires ». Cette année, il est annoncé « 210 militaires supplémentaires ». Rappelons qu’ils sont associés à l’effectif permanent des 250 gendarmes qui couvre l’ensemble de la presqu’île.

Ce qui « impactera » le plus le dispositif de sécurité publique, c’est l’arrivée tardive des renforts de gendarmes mobiles, spécialisés dans le maintien de l’ordre. Cette année, ils ne sont pas attendus dans le Médoc avant le jeudi 17 juillet. L’explication se trouve dans la mobilisation de ces personnels pour les festivités du 14 juillet en région parisienne.

En 2013, ces militaires étaient arrivés début juillet pour repartir le 14 juillet à Paris, et revenir ensuite dans le Médoc. Le « vide » laissé avait d’ailleurs valu un samedi 13 juillet plutôt animé à Lacanau. Pour éviter ce va-et-vient de personnel, l’État a décidé de ne pas les affecter à la Gironde avant la mi-juillet.

Sur le plan local, la première conséquence est une ouverture des postes saisonniers de gendarmerie a minima dans la première quinzaine de juillet.

Maubuisson restera fermé jusqu’à l’arrivée des mobiles. Le poste d’Hourtin sera bien activé début juillet, mais avec des effectifs qui seront limités. À Soulac, le détachement de surveillance et d’intervention (DSI), qui travaille notamment la nuit, sera composé d’un noyau de gendarmes réservistes entre le 1er et le 17 juillet.

Selon nos informations, une baisse de l’utilisation des effectifs disponibles de gendarmes réservistes aurait aussi été décidée. Elle sera couverte en partie par un redéploiement interne de gendarmes départementaux.

Dans cette mise en place d’avant-saison, la station balnéaire de Lacanau aura été plutôt préservée. Et c’est parce qu’elle concentre une bonne partie de l’activité des forces de l’ordre. Son poste saisonnier de l’Océan sera bien ouvert dès le 1er juillet. Et des gendarmes mobiles basés dans le département y seront déployés pour encadrer les soirées festives et autres « temps forts » de la station. Ailleurs, le temps que les effectifs soient « au complet », « cela risque d’être tendu » confie un gendarme sous le sceau de l’anonymat.

Contacté par « Sud Ouest », Thierry Dezeure, le patron de la compagnie de gendarmerie du Médoc, a confirmé l’arrivée des gendarmes mobiles au 17 juillet. Selon lui, « le dispositif montera progressivement en force avec l’arrivée massive des estivants ». L’officier de conclure « que les gendarmes seront bien là ». Et le dispositif estival sera conservé à « 100 % » jusqu’au 24 août.

Source : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.