Marmandais (47): une expérimentation lancée entre gendarmerie et services sociaux

Un intervenant social, qui n’est donc pas gendarme,travaille depuis quelques semaines dans les unités de gendarmerie pour répondre aux situations de détresse devant lesquelles les forces de l’ordre se sentaient démunies.

Marmandais (47): une expérimentation lancée entre gendarmerie et services sociaux

Ce dispositif “centré sur le citoyen” qui est expérimenté sur l’arrondissement de Marmande, sera étendu à tout le département dans le courant de l’année.

Elle s’appelle Isabelle Ortolan et est intervenante au service d’accueil et d’orientation du Centre d’Hébergement et de réinsertion sociale Saint-Vincent-de-Paul, à Marmande. Depuis le mois de décembre, et plus activement depuis janvier 2014, elle intervient directement en gendarmerie pour rencontrer les personnes volontaires, orientées par les gendarmes, en situation de détresse urgente ou non.

“Une sorte de guichet unique, qui permet, grâce à sa connaissance pointue des services sociaux, d’avoir une vue panoramique sur toutes les aides qui peuvent être apportées à son interlocuteur. Isabelle l’oriente pour qu’il engage les démarches”, explique le sous-préfet de l’arrondissement Frédéric Bovet, initiateur du projet.

L’intervenant social en unité de gendarmerie (les permanences ont lieu partout sur le territoire pour être au plus près des citoyens) est une passerelle entre les forces de sécurité et les professionnels du secteur social. Car Isabelle Ortolan ne fait pas seulement qu’orienter, elle s’assure qu’une réponse a bien été apportée, et fait le lien avec la gendarmerie pour qu’un vrai suivi s’opère avec eux.

Après quatre mois d’expérimentation, le dispositif donne déjà des résultats. A lire demain dans Sud Ouest Lot-et-Garonne

Source : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *