Manifestations pour la santé à Brest : les organisations syndicales choquées de la réaction du préfet

Les organisations syndicales n’ont pas apprécié la réaction du préfet suite à la manifestation pour la santé, mardi 16 juin à Brest. Et lui répondent dans un communiqué commun.

img-7123-854x641Les manifestants ont été très nombreux mardi 16 juin à Brest. (©Côté Brest)

Dans un communiqué commun, «les organisations syndicales CGT, CFDT, SUD du CHRU Brest-Carhaix, organisateurs de la manifestation du 16 juin 2020, s’étonnent et sont choquées par la réaction du préfet du Finistère».

Lire aussi : PHOTOS Brest : la foule au rendez-vous de la mobilisation des soignants

PUBLICITÉ

Ce dernier avait indiqué que « les engagements n’ont pas été tenus », car le nombre de manifestants avait été estimé à 500 avant la manifestation, et qu’ils étaient 9000 selon la préfecture.

«Pour l’organisation de cette manifestation, nous avons été régulièrement en contact avec les services de la préfecture. Nous avons fait le choix de respecter la procédure réglementaire et du dialogue avec les services de l’état. Une déclaration de manifestation sur la voie publique a donc été faite le 10 juin auprès du préfet du Finistère. Dans ce cadre, un échange a eu lieu avec les service du pôle sécurité de la préfecture le 15 juin pour préciser les modalités du rassemblement», répondent les organisation syndicales.

Rappelant leurs engagements (respect du port du masque, encadrement par une vingtaine de militants syndicaux…).

«Le préfet a autorisé la manifestation dans ce cadre.»

Et de souligner :

Tous ces engagements ont été strictement respectés le jour de la manifestation par les organisateurs. Le respect ou non des règles sanitaires rappelées et encouragées par les organisateurs pendant la manifestation relève de la responsabilité individuelle des manifestants.

«Il n’est pas en position de donner des leçons»

Les organisations syndicales assurent qu’«il était impossible pour les organisateurs de prévoir le nombre de participants puisque l’appel concernait 6500 agents du CHRU Brest-Carhaix et l’ensemble de la population. Le chiffre de 500 manifestants évoqués dans la déclaration à la préfecture correspond au nombre moyen, voir maximum, de manifestants que nous constatons habituellement dans les mobilisation pour la défense de l’hôpital public à Brest.

Il semble que Monsieur le préfet du Finistère soit le seul à regretter cette formidable prise de conscience concernant l’importance du système de soins français, en témoigne le nombre de participants à la manifestation brestoise et partout en France. Pour autant, nous n’avons pas la même appréciation que le préfet du Finistère concernant le déroulé de la manifestation. Nous avons constaté que le port du masque était généralisé et les solutions hydroalcooliques ont été largement utilisées. Elle s’est déroulée dans un état d’esprit irréprochable et sans aucun débordement, aucune violence, ce qui n’a pas été le cas partout en France.»

Les organisations syndicales pointent ensuite du doigt les responsabilités de l’Etat dans la gestion de la crise sanitaire :

En tant que représentant de l’état, il partage la responsabilité du manque dramatique de matériels de protection pour les soignants, du manque de lits ou du manque d’effectifs dans les établissements de santé que nos organisations syndicales ont dénoncé pendant la crise sanitaire et dénonce depuis des années. Nous estimons qu’il n’est pas en position de donner des leçons sur « l’esprit de responsabilité ».

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.