Maëlys. Les déclarations troublantes du suspect : « J’ai parlé à cette petite »

« Je ne me rappelle pas l'avoir touchée », assure le suspect principal dans la disparition de Maëlys.

« Je ne me rappelle pas l’avoir touchée », assure le suspect principal dans la disparition de Maëlys. | AFP

Plus d’un mois après sa disparition, la petite Maëlys est toujours introuvable. Plusieurs éléments orientent les enquêteurs vers un certain Nordahl L. L’Express a eu accès au procès-verbal d’une audition du principal suspect.

Alors que les parents de Maëlys viennent d’appeler officiellement Nordahl L. « à dire ce qu’il sait », L’Express a pu consulter la dernière audition du principal suspect de cette affaire. Cet homme de 34 ans, mis en examen après la disparition de Maëlys, 9 ans, nie toute implication dans cette affaire depuis plus d’un mois. Malgré des éléments qui l’accablent, parmi lesquels des traces d’ADN dans sa voiture, l’homme a réponse à tout.

Devant les enquêteurs qui s’agacent – « On pourrait penser que vous adaptez vos réponses aux questions » -, Nordahl L. rétorque : « Non, je n’adapte pas, j’essaie de me rappeler des souvenirs de cette soirée au maximum ».

Lire aussi. Disparition de Maëlys. Un mois après, les zones d’ombre de l’enquête

« C’était la première fois que je la voyais »

Jamais déstabilisé, le suspect présente le faisceau d’indices qui le désigne comme une coïncidence.

Interrogé par les magistrats, l’homme est revenu sur le déroulement du mariage. « Quand j’étais à table et qu’elle a vu la photo de mes chiens sur mon téléphone, j’ai parlé avec cette petite. C’était la première fois que je la voyais », assure-t-il. Maëlys et un autre enfant, un « petit blond avec un ballon », auraient insisté pour vérifier si les animaux n’étaient pas dans sa voiture. « J’avais ouvert côté passager. Je leur ai montré [que non], le petit blond est monté et Maëlys aussi, ça a duré 5-6 secondes. » Pourtant, l’ADN de la fillette a été retrouvé, mélangé au sien, au niveau des phares côté conducteur…

« Je ne me rappelle pas l’avoir touchée, peut-être en l’aidant à descendre de la voiture car c’est une trois-portes. Je ne me rappelle pas l’avoir prise dans les bras », indique le suspect aux juges. Pourquoi n’a-t-il pas dit aux enquêteurs qu’il avait échangé avec la fillette lors de sa première audition après le mariage ? « C’est une bêtise de ma part. Sur le coup, pour moi, entendre qu’une petite a été enlevée et m’avait parlé, et que je l’avais fait monter dans ma voiture sans la forcer, ça m’a perturbé. »

Devant chacun des indices présentés par les juges, le suspect présente une explication. Pourquoi a-t-il jeté le short qu’il portait ce soir-là ? Car il était taché « de vin rouge et de vomi » : « Je ne voulais pas que ma mère sache que je bois et conduis en même temps. » Où était-il au moment où toute la salle cherchait Maëlys, vers 3 heures du matin ? « Je suis allé à Saint-Albin chercher des produits stupéfiants. »

Pourquoi a-t-il nettoyé sa voiture dans une station-service éloignée de chez lui, le lendemain du mariage ? « La cire est meilleure là-bas. » Et enfin, à propos de ses versions des faits fluctuantes : « Il y avait beaucoup d’alcool, le fait de reparler, ça fait des flashs. »

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.