Macron : fin d’état de grâce ? #cdanslair 22.07.2017

Les sujets brûlants sont nombreux, du budget des armées à celui alloué aux collectivités locales, et les difficultés s’amoncellent pour le chef de l’État, en baisse dans les sondages d’opinion et confronté cette semaine à la première crise de son quinquennat.

Celle-ci est née du côté de l’armée. L’annonce de coupes conséquentes (850 millions d’euros) dans le budget 2017 de la Défense a mis le feu aux poudres. Le chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, en désaccord avec le président de la République sur ce point, a démissionné mercredi après une semaine d’extrême tension et un recadrage public.

Le lendemain, Emmanuel Macron s’est rendu, avec son successeur le général François Lecointre, sur la base militaire d’Istres pour tenter de rassurer l’institution militaire.

Mais cette crise risque d’entacher durablement les relations entre le chef de l’État et les armées, et ce n’est pas la seule difficulté à l’horizon pour l’Elysée. Les élus locaux, déjà très inquiets par la promesse de campagne d’exonérer 80 % des foyers fiscaux de la taxe d’habitation, n’ont pas franchement été rassurés par les précisions données par l’exécutif lundi, lors d’une conférence nationale des territoires. Le président et son ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ont annoncé qu’il faudrait que les collectivités réalisent 13 milliards d’euros d’économies d’ici à 2022 et que le nombre d’élus locaux allait baisser. Pas de quoi redonner le sourire aux édiles qui sont au nombre de 550 000 sur le territoire actuellement.

Défense, collectivités territoriales, majorité parlementaire… Des risques de fronde tous azimuts menacent le chef de l’État en ce début de mandat. Tandis que sur le front judiciaire, l’affaire des assistants parlementaires européens connaît de nouveaux rebondissements et que son prédécesseur François Hollande a rompu hier soir à Arles son silence. Prononçant un discours sur le thème de l’engagement, l’ancien président de la République a vanté au passage son bilan à la tête de l’Etat. « Le temps de la récolte arrive, on le voit bien. J’avais encore sous les yeux des statistiques sur les créations d’emplois au cours du premier semestre, je laisse une situation qui, je crois, peut être utile à mon successeur » Emmanuel Macron, a souligné l’ex-chef d’Etat.

Source : Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.