L’opération Polka démantèle le trafic de pièces détachées de véhicules utilitaires

8074557_0e39a4bc-78df-11e9-88ec-ef95b02a75c2-1Sur la période de l’enquête, 25 expéditions vers les pays de l’Est ont été tracées, à raison de cinq utilitaires environ à chaque fois

Les gendarmes de Versailles et de Marseille ont interpellé huit personnes impliquées dans un important réseau qui volait les utilitaires en Ile-de-France et en région Sud, les désossaient avant d’expédier les pièces dans les pays de l’Est.

Si elles avaient tablé sur l’éparpillement géographique pour échapper aux forces de l’ordre, ces équipes de malfaiteurs en ont été pour leurs frais. En deux vagues, samedi puis mercredi, huit personnes ont ainsi été interpellées dans les Yvelines et l’Essonne. Toutes mises en examen pour association de malfaiteurs, cinq d’entre elles ayant déjà été écrouées.

Ces équipes à tiroir, issues de la communauté des gens du voyage, s’étaient fait une spécialité du vol d’utilitaires. Des véhicules – très majoritairement de marque Iveco – désossés en un clin d’œil, puis expédiés dans la foulée en direction des pays de l’Est pour y être revendus en pièces détachées. Au total, sur la période de l’enquête, pas moins de 25 expéditions ont été tracées, à raison de cinq utilitaires environ à chaque fois. Soit une centaine de véhicules au bas mot.

« Au-delà de ceux figurant au dossier, nous estimons que ce sont plusieurs centaines d’utilitaires qui ont été volés et écoulés par ces équipes », détaille le colonel Hubert Percie du Sert, le chef de la section de recherche (SR) de la gendarmerie de Versailles (Yvelines).

Tirer un fil pour « dérouler la pelote »

Initialement, les malfaiteurs œuvraient en Ile-de-France. Avant de tenter de se faire oublier en allant déployer le même mode opératoire dans les Bouches-du-Rhône. Là, à partir de 2017, la recrudescence de vols s’est avérée flagrante. Avec cette nuance que « les véhicules ne réapparaissaient jamais », raconte le colonel Dominique Lambert, à la tête de la SR de Marseille.

L’un d’eux, toutefois, a pu être suivi, « permettant de tirer un fil, puis de dérouler la pelote », selon le même. En 2017 et 2018, plusieurs dizaines de vols sont ainsi répertoriées en région Sud (ex-PACA). Tous sans effraction ou (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Source : News Yahoo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.