L’iode est-il la nouvelle Ivermectine ?

Tous les opérés qu’on fait laver à la bétadine seront ravis de  savoir que c’est un produit dangereux simplement parce que ça ne coûte pas grand chose. Ils auront tout essayé dans l’enfumage du citoyen pour protéger les intérêts des labos.

Quand nous étions enfants nos mères nous badigeonnaient la gorge contre les angines avec du bleu de méthylène. Il nous font croire maintenant ça aussi c’est dangereux et désormais réservé à l’hôpital. Peut-être que c’est parce que ça aide au transport de l’oxygène en particulier dans certains cas d’intoxications et que ça dérange les projets de big pharma et autres industriels tous liés (Cf cancers, 5 G etc…). Je l’ai eu employée pour les chevaux mais maintenant j’utilise la décoction d’une plante millénaire qui produit une infusion rouge (qui pourrait faire penser à l’éosine en plus foncée) et dont l’efficacité  sur une croupe entièrement sanguinolente « a espanté »* ma vétérinaire.

* du verbe provençal espanta qui veut dire surprise admirative

Pour Big pharma tous ces boomers réveillés soignés depuis leur enfance avec ces produits nouvellement décrétés poisons sont une engeance à éliminer car ils pourraient réveiller les nouvelles générations et les sortir de leurs écrans, de la 5 G du wokisme  et autres perversions qui les abrutissent à grande échelle, surtout si l’on ajoute que la plupart sortent de la fabrique du crétin qu’à si bien décrite Jean-Paul Brighelli.

L’iode est-il la nouvelle Ivermectine pour se protéger contre le Coronavirus ? 

Filibert : Cela fait plusieurs années que je conseille de prendre régulièrement de l’iode (j’utilise de la teinture d’iode et de l’iode aux algues), car nous en sommes carencés pour plus de 70% de la population, en plus des Vitamine C et D3, du Zinc… 

Avec ces produits je n’ai pas vu l’once d’une grippe ou d’un corona pendant cette période pandémique ! 

L’iode est-il le nouvel Ivermectine ? 

La dernière menace au programme gouvernemental de lutte contre la pandémie de coronavirus est la bétadine, un spray nasal à base d’iode qui aide les gens à rester en sécurité et protégés contre l’infection. 
La bétadine est qualifiée de « dangereuse » par ceux qui sont au pouvoir. 
Tout comme l’ivermectine, la bétadine est qualifiée de « dangereuse » par les pouvoirs en place parce qu’elle protège et guérit sans qu’il soit nécessaire d’utiliser du désinfectant pour les mains, des masques faciaux, des « vaccins » et des confinements, et parce qu’une bouteille de bétadine ne coûte que quelques euros. 
Il s’avère qu’un traitement précoce à la bétadine, à la fois en pulvérisation nasale et en irrigation orale, est l’un des meilleurs remèdes préventifs contre le corona, car il contribue à réduire massivement la charge virale.

Les médias s’attaquent maintenant aux sprays nasaux efficaces utilisés contre COVID ! 
Imaginez que vous puissiez réduire votre charge virale de COVID et diviser par 19 vos risques d’hospitalisation avec une solution de quelques euros. 

Eh bien, les médias en ont eu vent également, et c’est pourquoi ils attaquent maintenant les concoctions d’irrigation nasale. 
L’Alliance Front Line COVID-19 Critical Care (FLCC) recommande les méthodes suivantes pour utiliser la bétadine afin de combattre les germes chinois : 
Bain de bouche antiviral : Se gargariser 3 fois par jour (ne pas avaler ; doit contenir de la chlorhexidine, de la povidone iodée ou du chlorure de cétylpyridinium). 
Spray nasal / gouttes d’iode : Utiliser le produit commercial 1% à base de povidone iodée selon les instructions, 2 à 3 fois par jour. 

Si le produit à 1% n’est pas disponible, il faut d’abord diluer la solution 10%, plus largement disponible, et appliquer 4-5 gouttes dans chaque narine toutes les 4 heures. (Pas plus de 5 jours pendant la grossesse).

Les médias grand public s’indignent de l’utilisation de la Bétadine ! 
Newsweek est vraiment bouleversé par le fait que certaines personnes utilisent désormais de la bétadine plutôt que des masques et des vaccins pour soigner le corona. 
Dans un article à charge intitulé « Certains anti-vaxx se gargarisent avec l’antiseptique Bétadine pour tenter de traiter et de prévenir le coronavirus », Newsweek a tenté de faire croire que la Bétadine était une sorte d’huile de serpent alors qu’elle est utilisée à cette fin depuis toujours. 
Un essai contrôlé randomisé réalisé au Bangladesh a récemment révélé que les pulvérisations d’iode par voie nasale et orale permettaient de réduire de 84% les hospitalisations liées à la covid et de 88% la mortalité liée au covid. 
Selon Newsweek, la bétadine ne pourrait pas fonctionner pour le virus car elle n’a jamais été officiellement « approuvée » pour cet usage. 

Il s’agit d’un tour de passe-passe, car la bétadine est un antiseptique général qui a été décrit dans la littérature universitaire comme étant « l’antiseptique le plus puissant. » 
Affirmer que la bétadine ne fonctionne pas pour le corona, simplement parce qu’elle a été créée avant l’apparition du covid, c’est aussi prétendre que rien ne fonctionne pour traiter le covid à l’exception des choses qui ont été inventées et brevetées après son apparition. 
C’est une absurdité, bien sûr, mais c’est ainsi que le complexe militaro-industriel-pharmaceutique peut engranger des bénéfices records avec les nouveaux « médicaments ». 
« Le problème, c’est que, comme pour l’Ivermectine, il représente une menace majeure pour le système, car il permet aux gens de contrôler leur propre santé et leur sécurité sans enrichir les copains », écrit Daniel Horowitz pour The Blaze. 
Selon le Dr Eric Hensen, médecin oto-rhino-laryngologiste du Texas, l’iode est généralement reconnu et bien établi comme « ayant une activité antimicrobienne à large spectre contre les bactéries, les agents pathogènes viraux, fongiques et protozoaires et est utilisé comme antiseptique pour la prévention des infections et le traitement des plaies depuis des décennies ». 
Hensen lui-même utilise l’irrigation nasale et orale avec de l’iode pour se protéger, et grâce à cela, il n’a jamais été vraiment malade tout au long de cette « pandémie ». 
« Le PVP-I (spray nasal et oral) a la capacité de détruire le SRAS-CoV-2 ; la transmission du SRAS-CoV-2 par le patient sera également réduite », dit-il. 

« Ainsi, le spray oro-nasal PVP-I peut agir comme un bouclier efficace pour la protection des travailleurs de la santé, et pour tous. »

Source : https://int.artloft.co/fr/les-gouvernements-et-les-medias-sattaquent-ils-a-tous-les-medicaments-reellement-efficaces-covid-medicaments/ 
https://echelledejacob.blogspot.com/2022/08/le-gouvernement-et-les-medias.html#more

Source : Changera3

Répondre à miqueu Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.