Licenciement pour faute grave de Monsieur Emmanuel Macron, président de république

Suite à la publication de notre adresse aux parlementaires Pour une commission d’enquête parlementaire sur Mme Brigitte Macron, une fidèle lectrice nous envoie ce qu’elle a envoyé à un certain nombre de députés de sa région. Bravo, et s’il vous plaît, faites de même, quitte à recopier tel quel un de ces messages, en puisant les adresses ci-dessous.
Le rouleau-compresseur totalitaire ne s’arrêtera que si chacun prend sa part du combat. Je suis particulièrement fier de céder le n°100 de nos brèves à cette lectrice.

Mesdames les Députées, Messieurs les Députés,

Nous vous prions de mettre un terme au contrat de travail à durée déterminée de Monsieur Emmanuel Macron. Ce dernier a insulté son employeur, le peuple français. Les injures sont incompatibles avec l’exécution normale du contrat de travail. C’est pourquoi insulter son patron peut être sanctionné. Le licenciement pour faute grave sans indemnité de rupture doit être retenu, compte tenu de la publicité qu’en a faite le salarié et au regard des responsabilités qui lui ont été confiées.

De plus, ces propos ont été tenus en présence de personnes, journalistes, et relayées sur les réseaux sociaux et par le Service public, la télévision, auquel n’importe qui a accès. La volonté de nuire à l’employeur, les Français, est établie par les propos eux-mêmes. La faute lourde est caractérisée, l’élément intentionnel est établi puisque le salarié l’a admis lui-même.

Ce licenciement pour faute grave est une procédure de licenciement pour faute qui entraîne le départ immédiat du salarié (sans possibilité d’exécuter son préavis) et la rupture du contrat de travail. En effet, elle implique que le maintien de la personne à son poste de travail est impossible en raison de sa faute.

Dans l’attente de l’exécution de cette procédure, recevez, Mesdames, Messieurs, nos meilleurs… vœux de liberté, égalité et fraternité pour 2022.

Signé Mme X,
Française.

Adresses courriel des parlementaires. © Assemblée nationale & Sénat


 Voir aussi Cherche 58 députés & 35 sénateurs pour déclencher l’article 68.

Illustration de vignette : © Michèle Bauer, avocate à la cour.

© altersexualite.com 2022

Castaner – C🅰️C🅰️ Staner (REMIX)

Répondre à Michele Delpech Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.