Les petites et les grosses ficelles des escrocs

Faits divers – Vols par ruse

Les petites et les grosses ficelles des escrocs
Les petites et les grosses ficelles des escrocs

Le vol avec violence n’est pas le seul levier pour soustraire à une victime, de l’argent, son sac à main voire son véhicule. Les personnes âgées sont souvent la cible de malfaiteurs qui usent de multiples supercheries pour les détrousser. Face à une recrudescence de ces vols par ruse, en particulier au détriment des personnes vulnérables, la Gendarmerie de Tarn-et-Garonne appelle à un regain de vigilance. «Les malfaiteurs usent des arguments les plus perfides pour tromper les personnes crédules, abusant de leurs faiblesses, mais aussi parfois de leur compassion ou de leur esprit civique», explique-t-on au groupement de gendarmerie de Tarn-et-Garonne régulièrement confronté à ce type de délinquance. Les militaires mettent donc en garde les citoyens contre les différentes manœuvres utilisées par les escrocs. Florilège..

Le vol au rétroviseur : Un automobiliste vous fait croire que votre voiture a percuté son véhicule et que vous avez cassé son rétroviseur. S’ensuivent des appels téléphoniques à un faux assureur, une pression psychologique vous laissant envisager une perte de votre bonus, voire un retrait du permis de conduire pour, finalement, vous demander le versement d’une somme d’argent à titre de dédommagement.

Le vol à la carte routière :

Un mode d’action de plus en plus utilisé, notamment sur les parkings des centres commerciaux. Prétextant être perdu, un individu vous aborde avec une carte routière déployée pour vous demander son chemin. Pendant qu’il détourne votre attention, le pickpocket (ou son complice) fouille votre sac ou vos poches pour dérober argent, bijoux, téléphone portable ou moyens de paiement.

Vol au distributeur de billets : face au distributeur, ne composez jamais votre code secret à la vue d’autres personnes. Lorsqu’il y a affluence, vous pouvez être confrontés à des personnes qui agissent en groupe. Pendant que l’un vous distrait, invoquant un dysfonctionnement de la machine, un autre subtilise votre carte bancaire, vous faisant croire qu’elle a été avalée par le distributeur.

Vol à la fausse qualité : Lorsqu’il est question de pénétrer dans votre domicile pour un vol ou un repérage, les malfaiteurs usent parfois d’une fausse qualité : Proposant des calendriers ou prétextant une intervention chez vous, ils peuvent se faire passer pour des agents municipaux, des techniciens d’EDF, parfois même pour des policiers ou des gendarmes. Exigez toujours une carte professionnelle et ne leur autorisez jamais l’entrée sans avoir vérifié leur qualité. En cas de doute ou si vous êtes confronté à un scénario similaire, composez le 17 et notez tout renseignement utile aux enquêteurs (n° d’immatriculations, description des individus, etc.).

Si vous êtes victime, vous pouvez déposer plainte au sein de toute unité de gendarmerie ou d’un commissariat de police.


Des affaires retentissantes ..

Vol au rétroviseur : 850 euros soutirés à un octogénaire de Pommevic… Ce retraité âgé de 85 ans et son épouse ont été soulagés de 850 euros par deux escrocs qui les ont contraints à retirer la somme au distributeur. À l’origine, un pseudo-choc avec le véhicule des escrocs dont l’octogénaire aurait été responsable, une marque au feutre rapidement apposée sur la carrosserie pour accréditer l’hypothèse du choc. La peur de la franchise d’assurance, le bagout des escrocs insistant sur le grand âge du conducteur et une possible interdiction de conduire… le tout conjugué à la faiblesse de la victime qui paiera finalement après un détour au distributeur la somme colossale réclamée par le duo.

Les «bonnes affaires» du bon coin : 1 500 euros mensuels pour une villa de six pièces dans un quartier résidentiel de Montauban… Cette annonce sur le bon coin avait séduit une habitante de Nègrepelisse. Un coup de fil au contact indiqué sur le site et un texto en guise de réponse finirent de convaincre la victime : «Je suis le notaire de M. X. Les frais d’entrée s’élèvent à 1 500 € que vous voudrez bien me verser par mandat». Christelle envoie deux premiers mandats de 200 € et 300 € et finit par être contactée … par les services de police toulousains qui viennent d’interpeller «le notaire» à son domicile toulousain, faux notaire évidemment, mais vrai escroc.

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.