Les gendarmes soulignent l’efficacité de leurs citoyens vigilants

Le dispositif participation citoyenne, qui favorise la surveillance du territoire par ses habitants, est arrivé en 2015 en Flandre. Il a vite pris de l’ampleur. Avec déjà des résultats, selon la gendarmerie.

Merville a rejoint le dispositif de participation citoyenne, qui permet d’impliquer des habitants dans la surveillance de la commune, en avril 2015.

Merville a rejoint le dispositif de participation citoyenne, qui permet d’impliquer des habitants dans la surveillance de la commune, en avril 2015.

Les citoyens vigilants sont moins de 300 sur le territoire. Mais ils sont particulièrement actifs. En 2017, ils ont contacté à 179 reprises la gendarmerie d’Hazebrouck (en appelant directement la brigade ou par l’intermédiaire du 17). Cela représente près de 50 % des 371 alertes reçues par la gendarmerie en 2017.

 

carte dispositif participation citoyenne2

Évidemment, ces alertes sont parfois des coups d’épée dans l’eau. Mais la gendarmerie d’Hazebrouck a en mémoire plusieurs appels qui ont été suivis de résultats. «  Un dealer a pu être arrêté grâce à un citoyen vigilant  », glisse en exemple Vianney Vanagt, à la tête de la gendarmerie depuis août 2017. «  Grâce à leurs appels, on a peut-être évité 100 cambriolages, estime le capitaine Thirez. On est aussi conscient que ce n’est pas la réponse à tout.  »

« Comme un filet pour attraper les poissons. »

Environ la moitié des communes du territoire adhère au dispositif qui réunit les forces de l’ordre, les communes et les habitants. «  C’est comme un filet pour attraper les poissons  », formule le commandant Vanagt. Les premières à avoir franchi le pas sont Steenvoorde, Merville, Flêtre et Méteren, en avril 2015. Bailleul, en zone police, deuxième commune du territoire, y a adhéré en novembre 2015. Hazebrouck n’a pas encore rejoint le dispositif. Estaires est la dernière à avoir franchi le pas, cette semaine.

La gendarmerie souhaite pouvoir compter sur des citoyens vigilants aux endroits stratégiques. «  L’objectif n’est pas de couvrir 100 % des communes, poursuit Vianney Vanagt. Mais d’être dans les plus importantes. Par exemple, à Saint-Sylvestre-Cappel qui est un nœud routier important et également dans les communes où il y a une délinquance plus importante.  »

« La Flandre est un territoire particulièrement à l’écoute. »

La participation citoyenne fonctionne-t-elle mieux en Flandre qu’ailleurs ? C’est possible. «  La Flandre est un territoire particulièrement à l’écoute avec des habitants qui ont un lien très fort avec leur village, souligne le commandant. Les gens ont cette capacité de se protéger les uns les autres.  »

«  On connaît bien notre village et on y est attaché, témoigne Alain, 67 ans, citoyen vigilant à Steenbecque depuis deux ans. Notre rôle est de voir les choses différentes.  »

Précisons que le dispositif de participation citoyenne (avec des citoyens vigilants) est différent du dispositif voisins vigilants. Le premier est géré par la police ou la gendarmerie. Le second est géré par un site Internet. Certains policiers et gendarmes craignent des dérives avec ce dernier.

On ne s’improvise pas citoyen vigilant

Les habitants volontaires bénéficient d’une formation afin d’acquérir les bons réflexes. «  Le bon citoyen vigilant n’est pas intrusif, souligne le capitaine Thirez, de la gendarmerie d’Hazebrouck. Il a le souci d’informer. Surtout, il n’intervient pas et ne se prend pas pour le gendarme.  » Chaque habitant volontaire pour intégrer le dispositif de participation citoyenne est formé. On lui apprend à observer les détails qui comptent ou à informer les forces de l’ordre avec efficacité. Il s’engage notamment à avoir «  un comportement préventif sur son lieu de vie tout en sensibilisant son entourage aux bonnes pratiques  », «  acquérir le réflexe du signalement pour aviser l’autorité compétente » et «  avoir une posture de vigilance accrue à l’égard des comportements inhabituels aux abords de son habitat ou ceux de ses voisins  ».

La gendarmerie bichonne ses troupes

La semaine dernière, la gendarmerie a convié les citoyens vigilants du territoire à une réunion d’information à la salle Ferdinand-Buisson, à Hazebrouck. L’opération a été un succès, plus d’une centaine de personnes ont fait le déplacement. Dans un premier temps, les gendarmes ont présenté le dispositif et ses résultats.

Les citoyens vigilants ont pu échanger avec les gendarmes toute une matinée.

Ils ont ensuite effectué des démonstrations. Les citoyens vigilants ont notamment pu échanger avec des membres du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG).

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.