Les gendarmes sont menacés

La gendarmerie de Joncy, récemment rénovée, pourrait fermer. Photo T. B.

JONCY. Jeudi soir, la population s’est réunie pour lutter contre la fermeture de leur gendarmerie.

L’existence de la gendarmerie de Joncy étant plus que menacée, le maire mobilise la population du village et des alentours.

 

Si nous n’avions pas mis les pieds dans le plat, si ça se trouve, la gendarmerie aurait été fermée le 1er avril. » Le maire de Joncy a réuni la population jeudi soir pour expliquer le problème qui touche la commune et surtout évoquer une future mobilisation. Plus d’une centaine de personnes était présente. Parmi elles, la majorité des édiles des villages du canton et de la communauté de communes.

Décider sans les élus

« Comment peut-on penser que les élus peuvent ne pas être associés à une décision aussi importante ? » Le maire, Étienne Richard, est scandalisé par le fait qu’il n’ait jamais été prévenu à propos de la fermeture de la gendarmerie. C’est entre autres, par le biais de notre quotidien, qu’il a découvert avec stupéfaction la fusion des trois brigades de Saint-Gengoux, Mont-Saint-Vincent et Joncy en une seule. C’est lui qui a dû interpeller les autorités compétentes. « Les portes ne se sont ouvertes qu’à l’initiative de la mairie. »

Après plusieurs rencontres, il a finalement obtenu du préfet, François Philizot, l’engagement d’un déplacement et d’une rencontre avec les élus. Cependant, nouveau coup du sort, le préfet a changé. Dès lors, le maire apprend, de nouveaux dans les pages du JSL, la supression de la brigade joncynoise.

Lire la suite : ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *