Les gendarmes sauvent in extremis une femme suicidaire

 

Ploumoguer, France

Les gendarmes de Plouzané ont sauvé une disparue jeudi dans le Finistère. Une femme avait disparu du bourg la veille à 20h30, alerte donnée jeudi après-midi. Ils ont localisé son téléphone à Ploumoguer à 10 km de là et retrouvé sa voiture un peu avant 16 heures. La conductrice était inanimée sur le siège avant, elle avait laissé une lettre et une photo de son fils sur le tableau de bord. Elle n’avait plus ni pouls, ni respiration, ses jambes étaient cyanosées.

Les gendarmes ont réussi à la ranimer, avec un massage cardiaque et du bouche à bouche. La femme a alors vomi, les militaires ont repris les gestes de premiers secours en attendant les pompiers et le SAMU qui ont pu la ranimer.

“La réactivité des gendarmes et leurs connaissances des gestes de premier secours ont certainement permis de _sauver une vie”_, estime la gendarmerie du Finistère.

Capture d’écran 2018-09-03 à 01.07.09[GENDARMERIE – UNE FORCE HUMAINE] Le jeudi 30 août à 14h30, les gendarmes de la brigade de Plouzané apprennent la disparition inquiétante d’une résidente de cette localité (depuis le 29 août 2018 à 20h30). Grâce à la géolocalisation de son téléphone sur Ploumoguer, ils parviennent à localiser la personne recherchée avant que le signal ne disparaisse. Une patrouille reconnaît le secteur côtier de Ploumoguer et décèle le véhicule de la personne à 15h50. Ils constatent à bord de la voiture la personne allongée sur le siège avant conducteur, inanimée. Un écrit laissé par la désespérée ainsi qu’une photo de son fils sur le tableau de bord laissent présager le pire. Les militaires ne détectent ni pouls, ni respiration et la partie basse du corps est en partie cyanosée. Ils sortent l’intéressée de la voiture, la place en position latérale de sécurité et contactent les secours. En attendant, ils décident de pratiquer un massage cardiaque et bouche à bouche sur la victime. Cette dernière régurgite des produits. Les gendarmes poursuivent les gestes de premier secours jusqu’à l’arrivée des pompiers et du Samu. Le médecin prend alors le relais et ranime la personne par une injection. La réactivité des gendarmes et leurs connaissances des gestes de premier secours ont certainement permis de sauver une vie.

Source : News Républic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *