Les deux frères avaient même réussi à voler une caravane

Les gendarmes ont dû  faire appel à de gros moyens pour vider le hangar dans lequel les deux frères entreprosaient leur butin dans un village proche d'Auch/Photo DR.

Les gendarmes ont dû faire appel à de gros moyens pour vider le hangar dans lequel les deux frères entreprosaient leur butin dans un village proche d’Auch/Photo DR.

Les gendarmes bien tuyautés par les policiers viennent d’arrêter deux frères qui s’étaient mis au vert dans le Gers pour y poursuivre leurs activités de cambrioleurs

A l’heure de partir en vacances, ces Gersois seront heureux de récupérer leur caravane qui leur a été volée par deux frères que viennent d’interpeller les gendarmes dans un village du Grand Auch. Une caravane, un buggy, une moto 50 cm3, un tracteur-tondeuse, un quad, un fusil, des postes de télévisions, des consoles de jeux, de l’électroménager portable : n’en jetez plus, le hangar était plein d’un butin de très bonne valeur marchande.

Cinq cambriolages résolus…

C’est après avoir «exploité un tuyau» transmis par les policiers auscitains que les gendarmes, au terme d’une courte enquête, ont découvert cet imposant butin. «Planqué» donc dans le hangar de la maison de campagne que les deux frères louaient en famille non loin d’Auch. Les deux jeunes hommes, déjà condamnés pour des faits de même nature hors du Gers où ils résidaient encore récemment, ont reconnu l’intégralité des faits, selon la gendarmerie. «Ces 27 objets volés proviennent de cinq cambriolages et vols différents commis ces derniers temps et pour lesquels une enquête était en cours» précise le capitaine Vaney Vanagh, commandant adjoint de la compagnie d’Auch. A l’issue de leur garde à vue, les deux cambrioleurs remis en liberté, ont reçu leur convocation pour comparaître prochainement devant le tribunal correctionnel. Cambriolé est une chose, revendre ce qui peut être revendu en est une autre. C’est semble-t-il à ce stade de leur coupable entreprise que les frangins dont un vivait dans la caravane volée, ont commis l’impair qui leur a valu d’être identifiés et interpellés. Parmi leurs «faits d’armes», les deux malfaiteurs ont raconté aux enquêteurs avoir piloté sur la route de nuit, sur une distance d’une quinzaine de kilomètres, le tracteur-tondeuse qu’ils venaient de voler.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.