Les députés veulent plus de gendarmes pour protéger les réacteurs nucléaires

centrale-nucléaire-de-Belleville-sur-Loire-Cher--660x330La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher (Photo/SD/L’Essor).

Quarante-trois auditions, de nombreuses réunions, et des visites sur le terrain. La commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires vient de rendre son rapport, ce jeudi 5 juillet. Un document de 276 pages qui concerne directement les gendarmes, en charge de la protection des centrales nucléaires d’EDF avec les pelotons spécialisés de protection de la Gendarmerie.

Lire aussi sur L’EssorInspection en vue du dispositif de sécurité de la Gendarmerie pour les sites nucléaires

Plus de gendarmes

Un gendarme de PSPG (Crédit photo: Gendarmerie nationale).
Un gendarme de PSPG (Crédit photo: Gendarmerie nationale).

Pour les députés de la commission d’enquête, les gendarmes ne sont pas assez nombreux pour protéger les sites nucléaires civils. Ils préconisent ainsi de “renforcer le nombre de gendarmes des PSPG de manière à compter au minimum quatre gendarmes présents sur site à tout instant par réacteur”.

Les 19 sites de production nucléaire en activité comportent en France de deux à six réacteurs. Pour un site tel que Gravelines, qui compte six réacteurs, la proposition des députés revient à mobiliser 24 gendarmes en permanence. La sécurité des centrales nucléaires représente aujourd’hui 1024 gendarmes répartis dans vingt pelotons, financés à hauteur de 88 millions d’euros par EDF. “Malgré ces chiffres assez élevés, l’expérience montre que les gendarmes réellement présents sont parfois en nombre très restreints à certaines heures de la journée ou de la nuit”, pointe la commission.

Plus de moyens financiers

Le général Pierre-Yves Cormier (Crédit photo: Cossen).
Le général Pierre-Yves Cormier (Crédit photo: Cossen).

 

Rattaché à la direction générale de la Gendarmerie, le nouveau….

Lire la suite : L’Essor.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.