Les centres de tirs de la police et de la gendarmerie nationales ne pourraient-ils pas être mis à disposition du CNFPT ?

Pistolet

Réponse du ministère de l’Intérieur : Les agents de police municipale dotés, sur proposition du maire et décision du représentant de l’Etat dans le département, d’un armement relevant des catégories B, C ou D sont assujettis à une formation préalable d’entraînement à l’armement assurée, à titre exclusif, par le réseau territorial du centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). En application d’un protocole entre le ministère de l’intérieur et le CNFPT renouvelé le 27 décembre 2016, l’objectif du CNFPT, dans la mobilisation des stands de tir relevant des forces de sécurité de l’Etat (police et gendarmerie), tant des instructeurs que des infrastructures, est de privilégier une proximité géographique avec les communes employeurs de ces agents.

L’utilisation des stands de tirs publics est complétée par le recours à des stands privés susceptibles d’accueillir des tirs « police », distincts du tir sportif. La disponibilité limitée des centres de tirs privés oblige parfois le CNFPT à faire parcourir aux stagiaires de la filière de police municipale des distances importantes.

Conscient des contraintes imposées aux agents et aux communes, l’opérateur national de formation conserve néanmoins comme objectif de rapprocher les centres d’entraînement sélectionnés des communes d’emploi et recherche des solutions de partenariat pour limiter les trajets lors des formations d’entraînement à l’armement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.