Les Abrets-en-Dauphiné : par jalousie, il s’acharne sur son ex-conjointe, 120 jours d’ITT

la-victime-a-ete-transportee-a-l-hopital-edouard-herriot-de-lyon-photo-archives-pqr-le-progres-1523051753La victime a été transportée à l’hôpital Édouard-Herriot de Lyon. Photo archives PQR/Le Progrès

Séquestrée chez elle, la victime a vécu un calvaire

Cette femme de 36 ans a vécu un véritable calvaire, imposé par son ex-conjoint, de douze années son cadet.

D’une extrême violence, cette agression s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi, au domicile de la trentenaire, rue Gambetta aux Abrets-en-Dauphiné.

C’est aux alentours de 3 h du matin que les secours sont appelés. Sur place, les sapeurs-pompiers découvrent une femme au visage tuméfié et au corps meurtri.  Elle vient de subir, durant une partie de la nuit, les violences inouïes commises par son ex-conjoint.

Des coups et des agressions sexuelles

Alors que la victime est prise en charge par les secours et médicalisée par une équipe du Smur avant d’être transportée à l’hôpital Édouard-Herriot de Lyon, son agresseur, âgé de 24 ans, est interpellé et placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de Pont-de-Beauvoisin.

Les investigations établissent que l’ex-conjoint s’est introduit au domicile de la victime au cours de la soirée.

Durant de longs moments, il aurait alors frappé son ex-conjointe, « par jalousie » selon une source judiciaire, lui assénant des coups de poing et de pied, tant sur le visage que sur le corps, occasionnant plusieurs fractures.  L’enquête a également établi que la victime, ne pouvant s’échapper, a aussi subi des agressions sexuelles. L’examen du médecin légiste se passe de tout commentaire et établit à 120 le nombre de jours d’ITT.

Hier après-midi, le parquet de Bourgoin-Jallieu a procédé à l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de ce jeune homme, connu jusqu’alors pour des faits de toute autre nature. Mis en examen pour “violences sur ex-conjoint avec une ITT supérieure à 8 jours”, “séquestration” et “agression sexuelle sur ex-conjoint”, il devait être écroué à l’issue de son déferrement devant le juge d’instruction.

Source : Le Dauphiné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.