Le musée des « Gendarmes de Saint-Tropez » a toujours autant de succès

C’est un défilé presque permanent pour réaliser une photographie devant les lettres siglées Gendarmerie Nationale marquant le lieu historique du tournage de la série.

C’est un défilé presque permanent pour réaliser une photographie devant les lettres siglées Gendarmerie Nationale marquant le lieu historique du tournage de la série. Photo S.L.

Passage obligé où l’on prend la pose, comme un souvenir imperméable, ce lieu mythique immortalisé dans la série des gendarmes de Saint-Tropez est devenu une visite incontournable

Saint-Tropez est depuis des dizaines d’années un lieu de concentration d’une multitude de touristes qui viennent admirer son port, sa citadelle et ses ruelles pas comme les autres.

Mais il y a un bien un lieu qui ne passe pas inaperçu, constamment noir de monde, photographié des dizaines de fois chaque minute. Ce lieu? Le musée de la gendarmerie.

Mythique pour les aventures de Louis de Funès, Michel Galabru et consorts dans Les Gendarmes de Saint-Tropez, on s’y arrête forcément.

Même si l’on n’est pas fan de la saga, on ralentit, on prend quelques secondes pour regarder le parvis estampillé « Gendarmerie Nationale ».

Et gare à vous si vous osez passer devant un des appareils photo. Il faut savoir se frayer un passage. Car si voulez poser tranquillement devant l’objectif sous tous les angles, mieux vaut se lever tôt! Et encore…

Garde à vous!

Alors, que représente le musée pour ceux qui viennent l’admirer, sans parfois ne même pas y rentrer? « Un passage obligé, un lieu indémodable » pour Julie et Fabrice, couple de Saône-et-Loire qui se rend pour la première fois dans la cité tropézienne.

« S’arrêter ici, ça fait partie de la visite. Il y a des choses obligatoires à venir voir. Et c’est le cas de la gendarmerie », expliquent Quentin, Gaëtan et Florence, trois copains de Verdun dans la Meuse, d’à peine 20 ans. Assez rare de trouver des jeunes, venus sans parents, exprès pour visiter ce lieu emblématique.

Quand soudain, tout le monde se retourne. Un sifflet retentit. C’est le gendarme! Pas le vrai évidemment, quoique, à force d’être là tous les jours on commencerait presque à se poser la question.

Bons baisers de Saint-Tropez, ce pourrait être le titre d’un autre film...
Bons baisers de Saint-Tropez, ce pourrait être le titre d’un autre film…
Photo S.L.
Qu’importe, ça fait partie du charme de ce lieu. Très vite une queue s’agrandit, elle augmente de minute en minute. Tout le monde veut sa photo. Pour ceux qui n’aiment pas attendre, le nectar « officiel » des gendarmes de Saint-Tropez est disponible à la vente. Fabrice fonce alors acheter une bouteille pour son frère.

Son fils lui demande: « Il aime le rosé tonton?« . Réponse on ne peut plus claire: « On s’en fout, c’est pour la bouteille! »

Pour Gabin, qui tient la baraque pour le deuxième été consécutif, c’est une aubaine de pouvoir surfer sur le succès de la gendarmerie. « Je leur dit que le produit vient d’ici, la bouteille les fait marrer, et ils achètent. Les bières se vendent très bien aussi. »

Par-delà les frontières

Comme quoi, cette saga dépasse vraiment la simple comédie. Elle représente à elle seule toute une partie de la cité. Tout ce qui est en rapport avec le film devient un objet de convoitise.

Et même à l’étranger, on trouve des fans inconditionnels, qui n’hésitent pas à revêtir la tenue de leur idôle, Louis de Funès, alias Ludovic Cruchot.
Comme Marek et son fils, deux Tchèques habitués des lieux, à leur tour assaillis par les demandes de photos.

« Nous sommes fans de Louis de Funès et collectionnons tout ce qui est en rapport avec lui: uniformes, autographes, voitures, posters. Cela fait quatre ans que nous venons à Saint-Tropez en se baladant en uniformes. Les gens adorent se photographier avec nous. »

Et ça continue, encore et encore, du lever au coucher du soleil. Quarante-trois ans après la sortie du premier film, cette gendarmerie n’a jamais apparu aussi populaire.

Source : Var Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.