« Le Michel qui terrassa le chevreuil »

Le commandant adjoint de compagnie, le Landais Michel Brethes, quitte la gendarmerie après trente-huit ans de service.

Michel Brethes, lors de sa fête de départ jeudi, au patio des caballos.

Michel Brethes, lors de sa fête de départ jeudi, au patio des caballos. (photo philippe salvat)

C’est un sacré personnage de la vie locale dacquoise qui s’efface après trente-huit ans au service de la gendarmerie. Le loquace capitaine Michel Brethes est parti avec panache en fêtant, jeudi soir, sa retraite dans le patio de caballos des arènes, s’il vous plaît ! Le tout Dax qui compte (1) a souligné sa faconde, ses valeurs, sa proximité et sa compétence au service de la population. « Toujours disponible, avisé dans l’analyse des situations, fin psychologue face aux délinquants, pragmatique dans le traitement des dossiers, nous nous sommes tous réjouis, les week-ends de permanence, de vous savoir officier de police judiciaire référent », disait, dans son discours, le procureur de la République, Frédérique Porterie.

Elle rappela ensuite avec humour un moment qui fut beaucoup pour la gloire locale de Michel Brethes, il y a un an. « Saint Michel, c’est l’archange qui terrasse le dragon. Pour vous, nous retiendrons que vous fûtes le Michel qui terrassa le chevreuil (2). C’est moins glorieux mais c’est plus local. » Le maire de Dax Gabriel Bellocq lui offrit d’ailleurs un cerf en laiton avant de rendre hommage à quelqu’un de « généreux et de convivial ». Son fils, Sébastien, Dacquois de 27 ans, souligna en aparté le caractère d’un homme « simple et honnête. La gendarmerie, c’est sa vie. Beaucoup de bonheur même si ce n’était pas le bonheur tous les jours. »

Écarteur, chasseur, épicurien Né en 1956 sur les bords de l’Adour, à Cauna, dans une famille d’agriculteurs, cet amoureux de la nature apprit très jeune les vertus du travail et de l’effort. « Nos vacances, c’étaient les travaux dans les champs ! Mais cela donne des valeurs comme celle du respect. Nos deux sorties de l’année, c’était la cavalcade à Saint-Sever et à Mont-de-Marsan ! »

Brillant étudiant, le bachelier en philo et lettres de 17 ans qui rêvait d’être avocat, devance l’appel pour le service national et entre à la caserne de Saint-Sever. « Un adjudant-chef m’a dit ‘‘avec ton bagage ne viens pas à la caserne, mais en gendarmerie ». « Fortuitement », Michel Brethes a donc embrassé une carrière de presque quarante ans où il s’est finalement toujours efforcé de ne pas quitter ses bords d’Adour qui l’ont vu naître.

Très jeune en situation de commandement, à 23 ans, à la brigade de Lit-et-Mixe, il n’a plus bouger du département que pour officier à Langon-Saint-Macaire, en Gironde. Il finit en beauté, chez lui, dans les Landes, à Dax comme commandant de compagnie adjoint. « J’ai toujours essayé de rester proche de mes hommes. Ces trente ans de terrain, de sécurité publique, ont été riches. J’ai tout de suite aimé cette mission de secours, de protection. » Et pourtant, l’amateur de course landaise a failli se faire « écarter » de la gendarmerie aussi vite qu’il y était rentré. « En juillet 1975, après avoir écarté une vache aux fêtes de Gabarret, en tenue de gendarme, j’ai failli me faire virer ! J’ai été interdit de course landaise ensuite… Mais du coup, pendant vingt ans, j’ai raseté des cocardes, j’avais besoin de cette adrénaline. »

Ce « vrai Landais », qui aime autant chasser que chanter ou aller aux corridas avec son regard aigu de torista, sait déjà comment il comblera sa retraite, dans les Landes. « Je vais m’investir dans le secteur associatif. En France, on pense beaucoup aux délinquants, ce qui est très bien mais on oublie un peu les victimes et leurs traumatismes. »

(1) Le sous-préfet Serge-Jacob, le procureur Frédérique Porterie, le maire de Dax Gabriel Bellocq, le commandant de gendarmerie Ewens Millet. (2) Le 25 avril 2012, un chevreuil s’était égaré dans le centre-ville pendant une matinée. Michel Brethes était tombé face à lui rue de la Croix-Blanche et avait réussi à le maîtriser, grâce notamment à ses talents d’écarteur.

Source : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *