Le major Georgevail a pris la tête de la brigade de Bagnères

La prise d'armes du major Georgevail a eu lieu hier matin, lors d'une cérémonie solennelle.
La prise d’armes du major Georgevail a eu lieu hier matin, lors d’une cérémonie solennelle.
 

Hier matin, la brigade de gendarmerie de Bagnères-de-Bigorre a procédé à la prise d’armes de son nouveau commandant. Lors de cette cérémonie solennelle qui a réuni dans la cour de la gendarmerie l’escadron du territoire, le sous-préfet de Bagnères Gilbert Manciet, le maire de Bagnères-de-Bigorre Claude Cazabat, son premier adjoint, l’amiral Pierre Abadie ou encore la conseillère départementale et représentante des sapeurs-pompiers Nicole Darrieutort, entre autres, le major Patrice Georgevail a officiellement pris ses fonctions, succédant ainsi au major Didier Bacqué qui, après deux ans passés à la tête de la brigade bagnéraise, a fait valoir ses droits à la retraite fin 2016.

De Tarbes à Bagnères

À l’issue de la cérémonie de prise de commandement et la présentation du major à ses équipes, le chef d’escadron de la compagnie de Bagnères-de-Bigorre, Eric Pèbre, a prononcé un discours de bienvenue à celui qui, depuis juin 2011, commandait le peloton de surveillance et d’intervention à Tarbes. Le major Georgevail arrive donc en voisin, d’autant qu’«il a beaucoup tourné autour du palmier», selon une expression tarbaise.

«Après sa sortie d’école, il a commencé sa carrière à l’escadron de Tarbes en novembre 1996. En 2003, il a commencé à explorer le tour du tronc du palmier en rejoignant la brigade d’Ossun, qu’il quitte en 2009 pour la brigade d’Argelès-Gazost, où il œuvre durant deux années, avant de revenir à Tarbes pour prendre le commandement du PSIG, commandement qu’il vient donc de quitter», a résumé le chef d’escadron Pèbre, soulignant la qualité de son travail, son volontariat, ses nombreuses branches de compétences et de qualifications notamment dans les domaines de la montagne et du secourisme. Mais cet officier de police judiciaire est aussi formateur relais antidrogue, négociateur régional et administrateur fonctionnel pour les lecteurs automatisés de plaques d’immatriculation. Autant de cordes à son arc qui lui seront fort utiles pour mener à bien ses missions à la tête de cette brigade territoriale autonome de 19 militaires qui a été fortement renouvelée ces deux dernières années. «L’unité a connu, durant plusieurs mois, l’absence de commandant de brigade en titre. Chaque fois l’intérim a été effectué par les seconds couteaux de l’unité que je remercie pour leur implication», a indiqué le commandant Pèbre. «Vous êtes désormais le chaînon liant ces deux niveaux que sont la brigade et la compagnie, qui ne peuvent travailler l’un sans l’autre. Sous le regard bienveillant du pic du Midi, profitez de ce territoire de la Haute-Bigorre et d’une partie des Baronnies qui forment votre circonscription», s’est-il adressé au nouveau commandant qui pourra compter dans sa tâche sur ses seconds, les adjudants-chefs Puyol et Boyrie.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.