Le lieutenant-colonel Daudrix vient d’être nommé à la tête du groupement de gendarmerie

Le lieutenant-colonel Daudrix vient d’être nommé à la tête de la gendarmerie creusoise. - Gueret photo

Le lieutenant-colonel Daudrix vient d’être nommé à la tête de la gendarmerie creusoise. – Gueret photo

Depuis le début du mois d’août, le groupement de gendarmerie de la Creuse a un nouveau patron. Le lieutenant-colonel Stéphane Daudrix arrive tout droit de Clermont-Ferrand.

 

Le colonel Pichard, commandant le groupement de gendarmerie de la Creuse ayant été nommé dans le Nord, il vient d’être remplacé par le lieutenant-colonel Stéphane Daudrix.

 

Âgé de 49 ans, le lieutenant-colonel Daudrix est donc, depuis le 1er août, le nouveau patron des gendarmes creusois.

Commandant du GIR, à Clermont-Ferrand

Il arrive tout droit du Puy-de-Dôme voisin où il commandait en effet le GIR, le Groupement d’Intervention Régional, créé dans toute la France à partir de 2002 dans le but de lutter contre la délinquance en l’attaquant là où ça fait mal : ses finances et l’économie souterraine dont elle tire ses bénéfices, notamment pour les trafics de drogue, d’armes ou de métaux.

 

Auparavant le lieutenant-colonel Daudrix a pas mal bourlingué dans toute la France.

 

Pour autant, le nouveau commandant du groupement de gendarmerie de la Creuse ne connaissait pas du tout, ou presque, son nouveau département d’affectation : « C’est exact. Je découvre ce département que je ne connaissais pas même si, en vérité, je suis passé par La Courtine où j’ai effectué plusieurs séjours au camp militaire ».

 

Depuis son arrivée, le lieutenant-colonel en a profité pour rencontrer, la préfète bien entendu, mais aussi des élus. D’ici la fin du mois d’août il aura également visité toutes les brigades de gendarmerie du département. Une excellente manière de se familiariser avec les hommes, mais aussi la géographie de la Creuse.

 

 

D’ailleurs, s’il ne connaît pas le département, le lieutenant-colonel Daudrix sait déjà où il met les pieds : « Je sais pertinemment que la Creuse est le, ou l’un des départements où la délinquance est la plus faible. À mes yeux, il y en a cependant toujours trop ! Nous allons donc faire en sorte que ce niveau soit le plus bas possible ».

 

Le nouveau commandant du groupement de gendarmerie estime également, par rapport à l’insécurité, que « si certains Creusois ressentent ce sentiment, il faut qu’ils aillent voir dans d’autres villes, plus grandes. La Creuse est vraiment un département privilégié, à nous gendarmes de faire en sorte qu’il le reste ! »

Le contact est capital

Le lieutenant-colonel Daudrix estime également que « les gendarmes doivent être au contact, des élus et de la population. Ce contact est capital, tout comme le travail de proximité ».

 

Enfin, concernant la sécurité routière, le lieutenant-colonel Daudrix est concis : « C’est évident, c’est un enjeu très important fixé par le Gouvernement. Les gendarmes seront présents pour faire respecter les limitations de vitesse. Ils ne seront pas là pour tendre des traquenards aux usagers de la route. Ils ne verbalisent pas pour le plaisir, mais pour réduire le nombre de morts et de blessés, notamment sur les routes creusoises, conformément à la volonté du Gouvernement ».

 

Sachant, enfin, que par le passé le lieutenant-colonel a déjà servi dans un département rural, dans la Creuse il ne sera donc pas complètement dépaysé. D’autant que d’ici la fin août, il aura potentiellement rencontré les quelque 300 gendarmes présents dans la Creuse et déjà pas mal d’élus et autres responsables institutionnels.

 

Une certitude, pour le patron des gendarmes creusois, « compte tenu de la physionomie de la Creuse, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Il n’y a pas le feu à la baraque ».

Bernard Gilles

Source : Le Populaire.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *