le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort

” Une unité militaire ne pleure pas ses morts, elle les honore. Nous pleurons nos morts individuellement au fond de nous-mêmes ; mais collectivement, nous les honorons. Chacun doit prendre sur soi pour faire d’un décès en opération quelque chose de grand et d’honorable. Nos morts en opération ne sont pas des victimes, mais des héros, selon une acception qui est devenue un peu étrangère à nos sociétés. Nous arrivons pour la plupart à avoir de belles vies, mais certains d’entre nous arrivent aussi à avoir une belle mort. C’est tout le sens du cérémonial militaire, qui honore les morts au combat et permet de dépasser collectivement la peine que nous avons de voir partir l’un des notre. Je conçois que cela soit difficile à appréhender pour une personne étrangère au monde militaire…”

Colonel Frédéric Gallois, ancien commandant du GIGN – Groupe d’Intervention Gendarmerie Nationale

le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort

16473583

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui s’était proposé comme otage auprès du jihadiste auteur des attaques dans l’Aude, est mort des suites de ses blessures, a annoncé ce samedi 24 mars le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

« Jamais la France n’oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice », a écrit le ministre sur Twitter à propos de ce gendarme de 45 ans qui s’était proposé comme otage à la place des personnes retenues par Redouane Lakdim, auteur des attaques dont le bilan s’élève désormais à trois morts.

« Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame nous a quittés. Mort pour la patrie », a ajouté le ministre de l’Intérieur. « Le coeur lourd, j’adresse le soutien du pays tout entier à sa famille, ses proches et ses compagnons de la gendarmerie de l’Aude. »

Le président Emmanuel Macron avait particulièrement salué vendredi le « courage » de l’ »officier supérieur de la gendarmerie, qui s’est porté volontaire pour se substituer aux autres otages et qui a été très grièvement blessé » par l’auteur des attaques Redouane Lakdim.

Ce gendarme « a sauvé des vies et fait honneur à son arme et notre pays. Il lutte actuellement contre la mort et toutes nos pensées vont à lui et à sa famille », avait ajouté Emmanuel Macron. Redouane Lakdim, un Français d’origine marocaine de 25 ans fiché pour radicalisation islamiste, a mené plusieurs attaques vendredi à Carcassonne et à Trèbes, qui ont fait trois morts. Il a été abattu par les forces de l’ordre. Le groupe jihadiste Etat islamique a revendiqué ses attaques.

AFP et HUFFINGTONPOST

Source : Afriquemidi.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *