Le journal de 12h30 : À Bure, les opposants veulent manifester malgré l’interdiction

Les opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure se sont rassemblés au matin de ce samedi 3 mars, pour organiser une marche en direction du bois Lejuc dans l’après-midi.

La gendarmerie était mobilisée pour évacuer par surprise les opposants au projet de Bure, dans la Meuse, ce jeudi 22 février.

La gendarmerie était mobilisée pour évacuer par surprise les opposants au projet de Bure, dans la Meuse, ce jeudi 22 février. Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
À Bure, dans la Meuse, dix jours après l’évacuation forcée des opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires, un nouveau face à face se profile avec les forces de l’ordre. Un arrêté préfectoral pris jeudi 1er mars interdit toute manifestation dans ce secteur durant le week-end.

Au matin de ce samedi 3 mars, les opposants au projet d’enfouissement étaient en phase de prévision dans une grange de Mandres-en-Barrois, pour programmer les actions de l’après-midi. L’objectif : montrer leur mécontentement face aux arrêtés préfectoraux d’interdiction.

Ce samedi, les opposants ont également perdu une bataille : ils avaient demandé en référé l’annulation de l’interdiction de circulation, mais le tribunal administratif de Nancy vient de les débouter. À 14 heures, une marche en direction du bois Lejuc doit débuter.

“S’il y a des velléités à reprendre le bois, il y aura une réponse”, a prévu la préfète. Le dispositif sécuritaire est toujours important sur place : plus de 500 gendarmes et CRS sont mobilisés pour la surveillance et la protection du laboratoire de Bure.

Source : RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *