Le général Brachet, actuel président du Trèfle, responsable du suicide du lieutenant ?

Pistolet suicide

Il n’y  a pas que le Gendarme de base qui se suicide…

Des gendarmes, des gradés et même des officiers en arrivent à cette extrémité !

De façon notoire nous savons qu’en gendarmerie les suicides sont plus nombreux qu’au sein de notre population.

Différentes causes ont été avancées par les autorités ou les experts ; Quand on n’arrive pas à rejeter la cause du suicide sur un différend familial on cherche une cause externe au métier, sans même se soucier de la famille éplorée…

Quand on ne peut pas invoquer le différend familial, le mal être familial ou parfois aussi la « facilité » donnée au suicidant par la possession d’une arme de service, on cherchera par tous les moyens à nier la responsabilité de l’institution gendarmerie.

JAMAIS une cause professionnelle ne sera évoquée, Jamais le harcèlement moral au travail ne sera reconnu,  Jamais les conditions de travail ou les conditions morales de ce travail particulier ne seront évoquées…

Nous en avons pour preuve une interview donnée par le Colonel Rémi Vagnier dans le journal Ouest-France du 03 octobre 2009. A la suite de ces propos scandaleux, alors que je présidais l’association Gendarme et Citoyens je lui avais fait la réponse suivante :  Réponse de l’Association au Colonel Rémi VAGNIER.

Aujourd’hui Armée Média nous révèle que c’est sous le titre « Le général Brachet rattrapé par le suicide d’un lieutenant en 2007″ que le journal « L’Essor » dans son édition papier relate qu’un arrêt rendu le 11 juin 2013 par la cour d’Appel de Lyon fait justice aux circonstances dans lesquelles un lieutenant s’est donné la mort.  Cet article est d’ailleurs repris par l’Adefdromil ICI.

Rappelons que Profession-Gendarme a récemment publié un article sur le témoignage d’une maman qui a perdu  son fils gendarme par suicide.

Il est également à remarquer que l’article publié par Armée-Média n’est pas l’expression d’une opinion mais le relais de faits bien établis qui interpellent et posent questions.

Le plus terrible est que les « responsables » de ces situations ne se rendent pas compte des conséquences de leurs actes et poursuivent une belle carrière, voire la terminent, en se prévalant « défenseur » de ces même personnes qu’ils ont amené à cette extrémité.

Le chef d’escadron Eugène BRODY, créateur de l’association Le Trèfle en 1906, doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe en voyant comment a pu agir son président actuel avec le concours de trois colonels et d’un capitaine.

Nos autorités vont-elles continuer à se voiler la face et à nous mentir ou alors essayer de trouver une solution afin que cesse cette situation intolérable au sein de notre Gendarmerie.

Mais bon Dieu !!!  Qu’ils aient au moins l’honnêteté de reconnaître les causes des trop nombreux suicides au sein de notre Arme.

Ronald Guillaumont

Répondre à Harcelé, le Lieutenant se suicide… Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *