Le gendarme mellois décédé était motocycliste depuis 15 ans

L’été dernier, le gendarme faisait partie des motards chargés de la sécurité lors du tour cycliste Poitou-Charentes (TPC). L’été dernier, le gendarme faisait partie des motards chargés de la sécurité lors du tour cycliste Poitou-Charentes (TPC).

L’adjudant-chef Pierre-Philippe Lawpois, mort en service samedi dans une collision, avait depuis peu réintégré la brigade motorisée (BMO) de Melle, lieu de sa première affectation en 2002.

J’ai toujours aimé la moto, confiait Pierre-Philippe Lawpois dans nos colonnes, le 18 mars 2003. Décédé samedi matin dans un accident de la route alors qu’il était en service (NRD du 4 février), le gendarme motocycliste venait à l’époque d’intégrer la brigade motorisée (BMO) de Melle.
Formé au centre d’instruction des gendarmes auxiliaires (CIGA) d’Auxerre, dans l’Yonne, en 1990, puis à l’école de sous-officiers de gendarmerie (ESOG) de Chaumont, en Haute-Marne, Pierre-Philippe Lawpois avait officié pendant onze ans en brigade territoriale à Bressuire.
“ Sensible à la sécurité routière ” « Sensible à la sécurité routière », comme il le confiait dans la NR, il avait choisi en 2002 de se spécialiser en tant que motocycliste de gendarmerie, par l’intermédiaire du Centre national de formation à la sécurité routière (CNFSR), situé à Fontainebleau.
L’adjudant-chef était arrivé à Melle le 16 décembre 2002, en tant qu’adjoint au commandement de la brigade motorisée. Il avait ensuite été successivement affecté à différentes unités motocyclistes du Poitou-Charentes, avant de revenir à Melle en début d’année dernière.
Samedi 3 février, peu après 11 h, le gendarme était en patrouille avec un collègue sur la RD 948, dans le sens Melle-Niort, sur une portion à trois voies à hauteur de la commune de Mougon, lorsqu’il a, pour une raison inconnue, dévié de sa trajectoire. Sa moto, une Yamaha FRJ 1.300 cm3, a percuté la cabine d’un camion-citerne arrivant en sens inverse. Marié et père de trois filles, le gendarme est décédé sur les lieux. Il avait 47 ans.
Vive émotion Une enquête est en cours, menée par la brigade de recherches de Niort, pour tenter de faire la lumière sur les circonstances de cet accident qui a suscité une vive émotion au sein de la grande famille de la gendarmerie.
Après les hommages rendus samedi par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, et les députés Delphine Batho (PS, 2e circonscription) et Jean-Marie Fiévet (LREM, 3e circonscription), Gilbert Favreau a fait part hier de son « immense tristesse » tout en adressant, en son nom propre « ainsi qu’au nom de l’ensemble des élus du conseil départemental » ses « sincères condoléances à la famille de la victime, ses proches et l’ensemble des gendarmes du département qui participent aux missions de service public de la sécurité ». Et le président du Département de saluer « le professionnalisme et l’engagement dont ils font preuve chaque jour dans nos territoires ».

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.