Le gendarme des routes lâche le guidon de sa moto

Guy Albanese est nommé commandant de la compagnie de gendarmerie de Cholet.<br /><br /> <br /><br />

Guy Albanese est nommé commandant de la compagnie de gendarmerie de Cholet.

Guy Albanese quitte la tête de l’Escadron de sécurité routière de Rennes. Pendant quatre ans, il aura été la terreur des délinquants routiers avec le sourire!

PortraitIl fait partie du « gang des poignées tournantes » de la gendarmerie. Un fondu de bécane. Qui, lorsqu’il est en permission, pétarade sur une Harley. Le capitaine Guy Albanese, commandant de l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) de Rennes depuis quatre ans, détonne. Un regard plein de malice. Un franc-parler, avec un peu d’accent du Sud d’où il est originaire, qui fait du bien. Un fonceur. Un bosseur.

« Il est rayonnant, sourit le colonel Fabrice Bouillié, patron des gendarmes d’Ille-et-Vilaine. Dès le briefing du matin, il est au taquet à me noyer avec ses chiffres sur l’insécurité routière. On va le regretter. » Oui, car Guy Albanese, 44 ans, lâche le guidon. Il est nommé commandant de la compagnie de Cholet.« Je perds mes bottes comme on dit dans notre jargon. »

« J’ai vécu la chute du mur »

L’homme à la moto bleue est le cauchemar des délinquants routiers. Et avec le sourire s’il vous plaît. Il ne cesse de sillonner les routes du département. « J’ai peut-être parcouru quelques dizaines de milliers de kilomètres. » Cette année, il avait particulièrement dans le collimateur les secteurs de Fougères et de Vitré, champions en accidentologie.

Cet enfant d’une famille de restaurateurs et d’hôteliers d’Antibes confie « avoir toujours aimé l’uniforme ». Après un mémoire universitaire sur les bandes de motards criminels, il démarre sa carrière de gendarme à la compagnie de Berlin. « J’ai vécu la chute du mur en direct. Vu les retrouvailles des familles, les longues files de Traban Nous, on était en alerte au cas où les chars soviétiques passeraient à l’Ouest. C’était surréaliste! »

Ensuite, il rejoint l’escadron de gendarmerie mobile de Nantes. Puis des brigades en Vendée et dans le Maine-et-Loire. En 2005, devenu officier, il prend le commandement du peloton d’autoroute de Bayonne. Avant Rennes 4 ans plus tard.

Son bilan à la tête de l’EDSR est « un bon bilan, souligne le colonel Bouillié. En 2012, il y a eu 36 tués en Ille-et-Vilaine, la plus grosse baisse jamais enregistrée, lâche Guy Albanese. Il faut se souvenir qu’en 2002, on était encore à 98 tués. »

« 600 tracteurs au Space »

L’officier reste quand même marqué par des journées noires, « comme ce jeudi 13janvier 2011, où on a eu cinq morts dans trois accidents en l’espace de trois heures. » Et s’inquiète de voir que l’année 2013 a mal démarré avec déjà 14 tués. « Toujours en cause: la vitesse et l’alcool. »

Il passe le relais au capitaine Philippe Legros, actuellement en poste dans l’Eure-et-Loir. Lui va désormais se consacrer à « la lutte contre les cambriolages ». Il emmène des bons souvenirs. « Le Space (Salon des productions animales) 2009, c’était sport ! 600 tracteurs qui débarquent et le ministre qu’il fallait escorter avec les itinéraires qui changeaient toutes les minutes. »

Il y a aussi eu tous les plans d’urgence qu’il a dû organiser, « réveillé à chaque fois en pleine nuit », pour porter secours à des conducteurs bloqués par les chutes de neige. Et puis ces anecdotes drôles, comme tous les gendarmes en ont: « Le gars qui vient en voiture à la caserne chercher son pote pris ivre au volant et qui est encore plus bourré que lui. »

Sa dernière mission rennaise sera d’assurer la sécurité sur les routes pour le passage du Tour de France, le 9 juillet. « J’aurais pu partir avant, mais je tenais à faire le centenaire de la grande boucle avec mes gars. » Bien sûr, il continuera toujours à faire de la moto. « C’est avec ça que je me lave la tête. » Il jette un oeil goguenard à ses hommes :« Qui a dit que ma Harley n’était pas une vraie moto? »

Yann-Armel HUET.


Source : Ma ville.com  (
Ouest-France )  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *