Le gendarme avait mis l’affaire aux oubliettes, la victime dépose plainte

Wilfrid Cerveaux et son avocat Me Sylvain Alet lors du procès d’Eric Meynier et Ludovic Serra en février dernier devant la cour d’assises de l’Hérault. PHOTO DL/R.D.

Wilfrid Cerveaux et son avocat Me Sylvain Alet lors du procès d’Eric Meynier et Ludovic Serra en février dernier devant la cour d’assises de l’Hérault. PHOTO DL/R.D.

La plainte est désormais sur le bureau du procureur de la République à Nîmes. Par la voix de son avocat M e Sylvain Alet, Wilfrid Cerveaux attaque Francis Navarro. Un ancien maréchal des logis chef de la gendarmerie en poste à la brigade de Roquemaure en 2003.

Il accuse l’ex militaire devenu veilleur de nuit dans le Gard de “faux et usage de faux en écriture publique”. Retour en 2003 et cette nuit du 29 novembre. Wilfrid Cerveaux est enlevé à Entraigues-sur-la-Sorgue par les deux amants Eric Meynier et Ludovic Serra, un Avignonnais et un Pontétien de 30 et 42 ans. La victime vit l’enfer.

Elle est frappée. Menacée d’une arme. Lapidée au bord du Rhône, près du barrage de Sauveterre, sur l’île de La Barthelasse. Wilfrid Cerveaux se jette dans l’eau glacée par désespoir. Il y reste immobile. Accroché à un tronc pendant près d’une heure. Mais il survit. Un miracle. Dès le lendemain, cet ancien cuisinier dans un “Buffalo grill” en périphérie de la cité des papes dépose plainte auprès de la gendarmerie de Roquemaure. Le maréchal des logis chef Francis Navarro se charge de l’affaire.

La victime lui dit tout ce qu’il sait. Il donne le numéro de téléphone et l’adresse de Ludovic Serra ainsi que la plaque d’immatriculation de la voiture d’Eric Meynier. Aucune procédure ne sera mise en route à l’exception d’un télex rédigé pour “enlèvement, séquestration et tentative de meurtre”. Puis plus rien.

« Mr Navarro a falsifié une donnée informatique pour faire croire que l’affaire a été transmise au Parquet de Nîmes. Ce qui n’a jamais été le cas. Mon client a un esprit vindicatif. Il faut comprendre qu’il s’est senti laissé pour compte pendant 6 ans par la gendarmerie et l’État. Il a perçu ça comme une discrimination du fait qu’il est homosexuel », rapporte M e Sylvain Alet.

Joint par téléphone, Francis Navarro n’a pas voulu faire de commentaire. « Pour l’instant, je ne peux pas m’exprimer parce que je n’ai pas tous les tenants et les aboutissants de cette plainte. Tout ce que je peux dire, c’est que j’ai l’impression qu’on m’accuse d’avoir fait ça à cause de son homosexualité. Ce n’est pas vrai du tout ». En lançant cette procédure, Wilfrid Cerveaux espère se délester d’un poids.

Celui du remord. Persuadé qu’il n’en a pas fait assez il y a dix ans. Persuadé que s’il avait poussé un peu plus le gendarme, une vie aurait peut-être été épargnée.

Frédéric Flourou a été étranglé et jeté dans un puits dans la nuit du 4 au 5 janvier 2009 à Sérignan dans l’Hérault. Une affaire qui a permis de confondre le couple diabolique Serra – Meynier. Et de mettre à jour la procédure Cerveaux. Oubliée au fond d’un tiroir du gendarme avec 48 autres affaires…

Jugés en février dernier devant la cour d’assises à Montpellier. Eric Meynier et Ludovic Serra ont été reconnus coupables de l’assassinat de Frédéric Flourou et de tentative d’assassinat sur Wilfrid Cerveaux.

Ils sont respectivement condamnés à 30 et 25 ans de réclusion criminelle.

Source : Vaucluse matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *