Le Dialogue social dans la Gendarmerie ?

Dialogue

Michel Munier vient de publier sur Armée-Média un texte qui appelle à réflexion et interrogations sur l’évolution du dialogue social au sein de la Gendarmerie Nationale.

Profession-Gendarme.com ne peut que vous en faire profiter en espérant que vous soyez nombreux à réfléchir aux questions posées et à y trouver des éléments de réponse.

Gendarmerie : Réorganistation, évolution ou disparition des mouvements progressistes ?

Depuis un mois et demi, la gendarmerie est soumise à de nombreux changements tant à sa tête que dans les mouvements progressistes initiés par le célèbre forum « gendarmes et citoyens ».

Fait-il y voir une relation de cause à effet entre la nouvelle direction de l’institution et ces chamboulements dans le milieu des défenseurs de la libéralisation de l’expression dans la gendarmerie ?.

Le 10 avril dernier, le général Denis Favier, conseiller gendarmerie auprès de Manuel Valls depuis le 21 mai 2012, se voit nommé Directeur Général de la Gendarmerie Nationale, succédant au général Jacques Mignaux.

Le 15 avril, soit quelques jours après que le général Favier prenne la tête de la DGGN, le colonel Christian Rogriguez décroche le poste de  conseiller gendarmerie auprès de Manuel Valls, ministre d’e l’Intérieur.

Le colonel Rodriguez est bien connu des lecteurs du forum dit de libre expression « gendarmes et citoyens », qu’il a assidument fréquenté de 2007  à juin 2010, et dans lequel il a déposé pas moins de 1838 commentaires certes sous pseudonyme, mais sans chercher à cacher son grade ou sa qualité. Il est alors  chargé de mission au cabinet du directeur général de la gendarmerie nationale. Sa position dans ses interventions est sans ambiguïté : Il est favorable à la concertation interne dans la gendarmerie, mais résolument opposé à l’idée d’y voir fleurir des groupements professionnels ou des associations composées de personnels en activité.

Le 6 mai, le général Favier, lors de sa visite à l’EOGN de Melun, délivre un  message aux officiers-élèves qui constituent l’encadrement de demain, leur précisant qu’il attend « beaucoup des officiers en matière de dialogue interne« , ajoutant qu’ ils doivent lui donner (au dialogue interne) toute sa place dans leur commandement, car ils ne peuvent ignorer cette dimension de la concertation, sous peine d’échouer. Il insiste sur le fait que le dialogue interne est l’un des modes d’action du chef, et ajoute que la profonde rénovation, depuis 2007, des modalités de ce dialogue ont permis de bâtir un dispositif moderne, réactif et efficace.

Nous notons qu’aucune autre forme de dialogue au sein de la gendarmerie n’est évoquée par le général, ce qui laisse naturellement penser que la défense et la gestion des intérêts communs par des groupements (associations, syndicats …) n’est pas à l’ordre du jour.

Et pendant ce temps, sur la toile, il se passe également des choses …

Le jour de la nomination du général Favier à la tête de la gendarmerie, Ronald Guillaumont, une figure emblématique de la lutte pour la liberté d’expression collective des personnels de la gendarmerie lance « profession-gendarme« , un site d’information à destination des militaires de la gendarmerie, comme pour rappeler que quelque part, la lutte pour l’expression libre dans ce milieu est toujours d’actualité.

Quelques jours après, le 28 avril 2013, les administrateurs du forum « gendarmes et citoyens » annoncent la fermeture de leur espace de communication et d’échanges.

Dans le même temps, l’association gendarmes et citoyens connait une recrudescence d’activité dans ses communiqués. Cette association, initialement créée par le forum du même nom, a depuis quelques temps pris ses distances, ne reconnaissant plus le forum comme un lieu de libre expression des gendarmes, mais le suspectant d’être infiltré et piloté par des administrateurs proches de la direction de la gendarmerie, plus attachés à soutenir la concertation interne que le milieu associatif.

Sans que nous puissions vraiment déterminer s’il y a une relation de cause à effet, le 23 mai dernier, le blog « La Grogne dans la Gendarmerie« , tenu par Jacky Mestries, ancien responsable du forum gendarmes et citoyens, ancien vice-président de l’association gendarmes et citoyens, et qui a la réputation d’être favorable à l’émergence d’associations professionnelles dans la gendarmerie, fait savoir qu’il ne veut plus publier dans les colonnes d’armee-media, car il estime que le journal est trop favorable à la diffusion des communiqués … de l’association gendarmes et citoyens!

Nous notons également que le livre blanc (Voir pages 118 à 120) remis le 29 avril dernier au président de la République, précise que les militaires ne sont pas indifférents aux évolutions qui touchent à leur condition ou aux sujétions caractéristiques du métier des armes. Il stipule que ce constat appelle une évolution du dialogue interne au sein des armées, réaffirmant ainsi que l’évolution des armées ne peut se concevoir autrement que par le système de concertation existant.

Un de mes amis disait fort à propos : « il n’y a pas de hasard ».

Il y a effectivement beaucoup d’agitation dans le « mouvement gendarmes et citoyens » depuis la nomination du général Favier à la tête de la gendarmerie, et du bientôt général Rodriguez au ministère de l’Intérieur.

Si nous ne pouvons à ce jour décrypter les raisons de ces bouleversements, nous ne pouvons que constater que …. ça bouge.

Serait-ce  un signe que le pouvoir a décidé que s’exprimer dans la gendarmerie passera uniquement par le « tout concertation », et que les aspirations des pro-liberté d’expression en dehors de ce cadre doivent être neutralisées ?

MM

Par ce texte Michel Munier nous ramène à une réflexion précédente concernant la fermeture du Forum Gendarmes et Citoyens

Si ce texte pose effectivement sur la table du débat des questions pertinentes, je pense également qu’un décryptage du livre blanc (page 118 et 119) est nécessaire à notre réflexion.

Voici quelques extraits du livre blanc :

 …des règles spécifiques qui permettent l’expression des militaires à l’échelon national et au niveau local, dans le respect des limitations posées par le statut général en matière de droit de grève et de droit syndical……

Par la création de ces « règles spécifiques » y verrons nous un début d’évolution de la Grande Muette vers plus de liberté d’expression ?

 

Une capacité de dialogue est indispensable afin de maintenir le lien de confiance entre tous les échelons de la chaîne hiérarchique et de renforcer la légitimité des instances de concertation…..

Serait-ce une invitation à un dialogue plus vrai sans la barrière étouffante du sacro-saint devoir de réserve ?

 

 L’évolution de la société tend, par ailleurs, à généraliser l’aspiration à des modes d’expression et de participation directs. Les techniques de communication actuelles permettent le développement de modes complémentaires de dialogue interne (forums thématiques, outils de consultation en ligne) et élargissent utilement la participation….

Le livre blanc tenterait-il un début de reconnaissance de sites tels que Armée-Média, Profession-Gendarme, LagrogneGend, Association Gendarmes et Citoyens et Adefdromil ?  

 

L’ensemble de ces facteurs appelle une évolution du dialogue interne au sein des armées.

« évolution du dialogue interne »,  ici il semblerait que seuls les instances officielles soient prises en compte (CFM et CFMG)

 Si le militaire est tenu, comme tout fonctionnaire, à une obligation de discrétion et au respect de sa hiérarchie, les instances de concertation sont un espace d’expression directe entre le ministre et la communauté militaire, dans le cadre duquel cette expression est libre. …. une Charte de la concertation qui prévoit des assurances protégeant l’expression et le travail des membres de ces instances. Pour assurer la liberté d’expression au sein de celles-ci, ces assurances seront renforcées.

Ce dernier paragraphe semble confirmer ma réflexion précédente.

En conclusion je ne pourrais que poser une seule question ;

– A quand  une véritable liberté d’expression et un droit d’association professionnelle au sein de la Gendarmerie et de nos armées ?  Au même titre que nos voisins Allemands et Espagnols…

Répondre à Méchain Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *