Le délicat chassé-croisé entre police et gendarmerie

Avant de prendre possession des locaux du commissariat de Romorantin, les gendarmes travailleront en tandem avec leurs collègues policiers.

Avant de prendre possession des locaux du commissariat de Romorantin, les gendarmes travailleront en tandem avec leurs collègues policiers.

C’est le 2 septembre prochain qu’entrera en application l’échange de territoire entre Romorantin et Vineuil voulu par l’État. Les intéressés s’y préparent.

Le redéploiement entre police et gendarmerie concernant les communes de Romorantin et Vineuil interviendra à la date du 2 septembre prochain. Mais dès le 16 août, les premiers signes avant-coureurs en seront visibles par les usagers. « Nous avons fait en sorte que cette réforme, voulue dans un souci de cohérence territoriale, s’effectue dans la continuité du service public pour les citoyens », expliquait vendredi matin Isabelle Epaillard-Patriat, lors d’une conférence de presse tenue en présence du colonel Jean-François Valynseele et du commissaire Philippe Vachon.

A Romorantin est créée une brigade territoriale de gendarmerie autonome compétente sur 8 communes. Elle est dotée de 25 militaires. Dans le même temps, la brigade de recherches de Romorantin se trouve renforcée par deux sous-officiers supplémentaires et le Psig (peloton de surveillance et d’intervention) voit ses effectifs passer de 12 à 20. La nouvelle organisation se traduit donc par l’affectation de 36 militaires à Romorantin, « tous recrutés spécifiquement à cet effet » précise le colonel Valynseele. « Il s’agit donc bien de personnels supplémentaires qui n’ont pas été prélevés sur d’autres unités du Loir-et-Cher ».
Tous sont en cours d’installation à Romorantin. Avant de prendre possession des locaux du commissariat, ils vont s’initier progressivement à la connaissance du terrain en participant à la prise de plaintes, aux patrouilles et aux interventions en tandem avec leurs collègues policiers.

25 policiers en plus à Blois

Un dispositif inverse se met en place à Blois pour absorber dans la circonscription de sécurité publique la commune de Vineuil. Le territoire surveillé par la police va se trouver accru en superficie (9 km nord-sud et 15 km Est-ouest) ainsi qu’en population (60.000 habitants) ce qui justifie une augmentation des moyens humains chiffrée à 25 fonctionnaires supplémentaires (dont 22 transférés de Romorantin). Ces personnels seront affectés en priorité aux unités de voie publique, chargés notamment des patrouilles de surveillance sur le terrain.
Pour faciliter la proximité avec les habitants de Vineuil, seconde plus grosse commune de la circonscription, une antenne du commissariat y sera installée, sur le modèle de celle qui fonctionne déjà dans les quartiers nord de Blois. Elle disposera dans un premier temps d’un local provisoire au-dessus de la Poste, puis dans un second temps, d’un local derrière la mairie. Trois fonctionnaires s’y tiendront les jours de semaine aux heures ouvrables pour recevoir les plaintes.
D’ici là, les Vinoliens devront venir déposer les plaintes quai Saint-Jean à Blois. S’ils ne peuvent se déplacer, un fonctionnaire de police pourra venir les rencontrer à Vineuil dans les locaux de la brigade.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *