Le bout du tunnel pour la gendarmerie

Les locaux sont exigus, vétustes. Les gendarmes pourront prochainement travailler dans de bonnes conditions.

Les locaux sont exigus, vétustes. Les gendarmes pourront prochainement travailler dans de bonnes conditions.

Il semblerait que le feuilleton gendarmerie touche à sa fin.

Après bien des péripéties, c’est finalement une société privée qui va se charger de construire la nouvelle brigade au bout de la rue du Portugal, dans le quartier de Lenglet.

La municipalité lui cède un terrain d’un peu plus d’un hectare prévu à cet effet.
La nouvelle est annoncée avec le sourire. Enfin une issue à ce dossier qui semblait en stand-by depuis des années. Il avait failli aboutir il y a deux ans pour finalement retomber à l’eau. C’est avec une grande satisfaction que le maire, Jean-Claude Dissaux, a fait part de l’avancée du dossier aux élus de la communauté de communes du Pays-d’Aire, lundi dernier.

13 ans de discussion
« Les premiers échanges concernant ce projet de construction datent de 2000. Aujourd’hui, la situation paraît aboutir sous un portage encore différent de celui envisagé en 2012. C’est la société CFA Nord qui assurerait la maîtrise d’ouvrage de l’opération avec la contribution d’un investisseur financier, puis louerait les locaux ainsi réalisés à l’État. » Avant de lister les avantages : offrir un outil de travail digne d’un service public de qualité, bénéficier du permis de construire en cours de validité permettant un démarrage rapide des travaux et ainsi, d’exonérer le bâtiment des nouvelles contraintes réglementaires qui impacteraient le coût de la construction, valoriser un terrain acquis depuis 2009.
Si la plupart des élus se réjouissent que les forces de l’ordre aient prochainement des conditions de travail décentes, tous ne sont pas pleinement d’accord avec ce dénouement.

Faire un cadeau à une société privée ? Pas d’accord
Tous ou plutôt un. Un élu d’Aire. Charles Cossart, n’hésite jamais à prendre la parole pour affiner un point ou donner son avis. Cette fois encore, il a fait part à l’assemblée de son ressenti.
« Je ne comprends pas qu’on fasse cadeau du terrain à une société privée ». N’en démordant pas, il a préféré s’abstenir sur ce vote. «  À part le terrain qui a coûté 250 000 euros, c’est une opération blanche pour la commune. Cet opérateur privé supporte le financement et les risques.
Les travaux devraient démarrer avant novembre 2014, fin de l’autorisation du permis de construire », explique le maire.
« Ce ne sera pas du luxe pour nos gendarmes », renchérissait François Lermytte, élu d’Aire. Quant à l’avenir de la future ancienne gendarmerie, ce ne sera pas non plus du ressort de la municipalité. « Elle appartient à un bailleur social, habitat 62/59. Il pourrait la transformer en logements », explique Jean-Claude Dissaux.
« Les dossiers de nouvelles gendarmeries fleurissent pas mal dans le département, peu se concrétiseront. Nous faisons partie de ceux-là. Les échanges avec les services préfectoraux, les représentants de groupement de gendarmerie départementale du Pas-de-Calais, les services de France Domaine et ceux avec la société CFA Nord ont été multiples. Le dossier est même passé dans les mains des services du ministère de l’Intérieur ! Je pense que c’est ce que nous avions de mieux à faire. »
Charlotte POHIER

250000 euros, c’est le prix que la collectivité a payé le terrain de 1,3 hectare, acquis en 2009. Elle va le céder gracieusement à CFA Nord qui assurera la maîtrise d’ouvrage de l’opération.

Source : L’Echo de la Lys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.